Valentina Matviienko, Présidente du Conseil de Fédération : Le nazisme ordinaire, 2.05.2024

Valerik
Администратор
Messages : 95
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Valentina Matviienko, Présidente du Conseil de Fédération : Le nazisme ordinaire, 2.05.2024

Message par Valerik »

Valentina Matviienko,
Présidente du Conseil de Fédération (chambre haute du Parlement de la Russie)

Le 2 mai 2024

Le nazisme ordinaire

Le fait que, dix ans après le crime odieux et d'une brutalité sans précédent perpétré à Odessa*, il n'y ait eu aucun résultat d'enquête, aucun procès, et que personne n'ait été puni, confirme de la manière la plus éclatante que le nazisme est une norme profonde et naturelle pour le régime actuel de Kiev. Une norme qu'il juge important et nécessaire de protéger.

Après tout, dix ans auraient suffi à n'importe quel gouvernement pour nommer et retrouver ceux qui ont brûlé vifs des gens dans la Maison des syndicats, comme l'avaient fait jadis les fascistes allemands**. Au moins par instinct de conservation, ils pourraient essayer de démontrer au monde leur intention de ne pas rompre le lien avec les valeurs humaines universelles, de créer un semblant de civilité et de légalité.

D'autant plus qu'il n'y a aucune difficulté à mener une enquête objective. Elle aurait pu être lancée et menée dans les plus brefs délais. Il y a de nombreux témoins de ce qui s'est passé, qui ne se cachaient pas et ne se cachent nulle part. Il y a les criminels capturés sur vidéo, leurs visages. Enfin, il y a les images du crime. Détaillées. Effrayantes. Animales. Chaque cocktail Molotov lancé, chaque cri fasciste a été sauvegardé et numérisé. Tout ce qui est nécessaire pour qu'un jugement équitable soit rendu depuis longtemps. Comme on le sait, rien de tel ne s'est produit. Et il n'y a qu'une seule explication à cela : le refus actif de Kiev de voir la justice rendue aux criminels établis. Je dirais même que Kiev dissimule ouvertement, consciemment et effrontément ses partisans de l'idéologie nazie à la justice.

C'est révélateur. Tout aussi révélateur est le fait qu'il n'y a eu aucun signe de remords. Cela signifie que le régime de Kiev lui-même ne se débarrassera pas du nazisme. Il est lié au nazisme. Il en fait partie. Et malheureusement, il n'y a pas non plus de conditions et de forces internes en Ukraine pour se débarrasser du nazisme.

Aujourd'hui, dix ans après la tragédie, il devrait être évident pour tout le monde, et pas seulement pour nous, que des efforts extérieurs sont nécessaires pour détruire l'idéologie fasciste et banderiste qui s'est enracinée à Kiev. Car elle représente une menace trop sérieuse lorsqu'elle n'est entravée par rien ni personne. Il est inutile de compter sur l'aide de l'Occident. Ils ont immédiatement et cyniquement fait savoir qu'ils ne remarqueraient pas le Khatyn** odessien.

Une bonne compréhension de ce fait, même aujourd'hui, confirme pleinement la justesse historique des décisions et des actions de la Russie visant à dénazifier l'Ukraine. Cet objectif de l'Opération militaire spéciale doit certainement être atteint. Dans l'intérêt de la sécurité de la Russie, dans l'intérêt du peuple ukrainien et dans l'intérêt de l'humanité dans son ensemble. Et il sera atteint. La dictature nazie à Kiev sera renversée d'une manière ou d'une autre.

Je suis convaincue qu'un grand tribunal est nécessaire à la suite de l'Opération militaire spéciale. Le tableau complet de l'émergence du « nazisme ordinaire » de Kiev, son parcours et tous ses crimes y seront rassemblés et présentés. L'un des épisodes centraux de ce tribunal devrait être la mise en accusation du terrible crime commis le 2 mai 2014 dans la Maison des syndicats d'Odessa.

Il n'y aura pas de prescription. Les auteurs de la tragédie d'Odessa seront nommés et n'échapperont pas à leur responsabilité.

Et dans le cadre de cette enquête, l'inaction honteuse et le silence honteux des institutions européennes et internationales, qui étaient tout simplement obligées de se joindre rapidement à l'enquête et de forcer Kiev à obtenir des résultats et à rendre justice, seront certainement évalués. Et ainsi, déjà à ce moment-là, arrêter la spirale de la violence, arrêter la croissance du nazisme et du fascisme en Ukraine.

Mais de même qu'au XXe siècle, ils ont fermé les yeux sur les processions aux flambeaux et les feux de joie aux livres, ils préfèrent aujourd'hui ne pas voir les images de la Maison des syndicats d'Odessa en flammes et des personnes qui y brûlent vives. Et aujourd'hui, il n'y a plus de doute sur les raisons de ce choix.

Le fascisme ordinaire.
Le nazisme ordinaire.

Traduit par Valerik
Source : Telegram

*La tragédie du 2 mai à Odessa. Les images terrifiantes d'une tuerie.

**La destruction du village biélorusse Khatyn (Хатынь) est une action effectuée le 22 mars 1943 par un détachement punitif (118e bataillon de la Schutzmannschaft et le bataillon spécial SS Dirlewanger) pour se venger de l'assassinat de plusieurs soldats allemands par les partisans environnants : selon le principe de la punition collective, 149 habitants de Khatyn (dont 75 enfants) ont été brûlés vifs ou fusillés (lorsqu'ils essayaient de s'échapper du bûcher) pour l'aide éventuelle de villageois à ces partisans.
Répondre

Revenir à « Discours et interventions des autres gens politiques »