Dmitry Volodikhine : Sur l'égarement des adeptes de la conception eurasiatique de la Russie

Valerik
Администратор
Messages : 95
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Dmitry Volodikhine : Sur l'égarement des adeptes de la conception eurasiatique de la Russie

Message par Valerik »

Dmitry Volodikhine
Directeur du Centre d'histoire des cosaques

Sur l'égarement des adeptes de la conception eurasiatique de la Russie

L'"eurasisme" fait l'objet de nombreux éloges ces jours-ci [en Russie]. Il s'agit, disent ses adeptes, de la véritable philosophie politique de la Russie, de la voie à suivre pour que notre pays connaisse un avenir heureux et juste. Il est vrai, disent-ils, que la Russie a beaucoup d'éléments européens. Oui, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, nous faisions partie de la Grande Europe, dont nous avons même été l'hégémon à un moment donné... Mais à y regarder de près, la Russie ne porte-t-elle pas la marque des grandes puissances d'Asie ? Ne nous sommes-nous pas développés sous le signe de la Horde, n'a-t-elle pas influencé la formation de l'État russien ? Nous ne devons pas nous assimiler à la civilisation occidentale ! Nous avons pris quelque chose d'elle, mais dans les veines de nos plaines russes coule le sang chaud de l'Asie...

Dans les années 1920-1930, lorsque l'eurasisme a vécu et s'est développé comme un courant sociopolitique particulier, et pas seulement comme une philosophie, il était logique de le dire. Dans un premier temps, les Eurasiens ont déclaré : voilà où le développement sur la voie européenne nous a menés - la Russie a subi d'abord la révolution, puis la guerre civile, de sorte que nous l'avons dans l'os, et tout ceci est la faute à l'Europe. C'est alors que les moins résistants d'entre eux, les moins "blancs", se sont mis à réfléchir sur la manière de se rendre proprement aux autorités soviétiques et de rentrer chez eux en obtenant une garantie de leur sécurité. C'est ainsi que les dithyrambes se sont faits entendre, dans le genre : une nouvelle Asie règne en Russie... que c'est bon ! Que c'est juste !

Pas bon et pas juste.

La Russie n'est pas l'Europe, au sens où ce mot est utilisé pour désigner non pas une partie du monde, mais la civilisation de l'Europe occidentale. Le catholicisme et le protestantisme ont passé au-dessus, et il semble que l'incroyance, après avoir picoré les miettes de la table soviétique, s'envole elle aussi. Nous n'avons aucune piété envers le pouvoir du sac d'argent. Notre liberté personnelle illimitée et sans restriction ne semble pas être une valeur particulière. Nous considérons la démocratie à l'européenne comme un royaume d'escrocs qui met toujours le pouvoir entre les mains des plus riches et de personne d'autre.

La Russie n'est pas l'Asie. Et elle n'est pas l'Asie dans tous les sens que l'on peut donner à ce mot. Ce n'est pas une Asie du type chinois confucéen. Ce n'est pas une Asie musulmane, bien que nous ayons de nombreux musulmans. Ce n'est pas un pays hindou ou bouddhiste. Ce n'est pas la Horde qui a enseigné aux Russes l'autocratie et la vie étatique en général. Nous avons eu un maître plus ancien : l'empire byzantin, avec sa culture chrétienne complexe et son expérience colossale de la structure du pouvoir d'État. Il nous a appris à être un empire et nous nous sommes couronnés troisième Rome.

Depuis plusieurs siècles, nous nous rapprochions de l'Europe - à l'époque de l'Empire russien, puis sous les Soviets. Après tout, les Soviétiques sont aussi un produit de la vision européenne du monde, de la vision européenne de la manière dont le monde devrait être réorganisé. L'URSS était, en fait, une sur-Europe, une trop-Europe, une Europe exagérée. Mais les racines... on ne peut pas les couper soi-même et on ne peut pas les arracher du sol. La Russie a annexé de nombreuses régions asiatiques à ses terres, mais elle n'en est pas devenue l'Asie, parce que toutes leurs cultures diverses ne sont pas devenues suprêmes - la culture russe a conservé la suprématie.

La soif de la vérité-équité, une vitalité et une résistivité extraordinaires, la langue russe comme base de communication, la confiance dans notre propre État et, en même temps, une attitude dédaigneuse à l'égard du despotisme fondé sur la force nue, voilà ce qui est le nôtre.

Source en russe

Traduit par Valerik
Répondre

Revenir à « Interventions marquantes des personnes médiatiques »