Regardez qui s'est amené ! 28 juin 2024

Valerik
Администратор
Messages : 111
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Regardez qui s'est amené ! 28 juin 2024

Message par Valerik »

Regardez qui s'est amené !

Jamais deux sans trois à l'OTAN et à la Commission européenne. Mark Rutte, Ursula von der Leyen et Kaja Kallas. Nouveaux et anciens dirigeants, tous plus beaux les uns que les autres.

Numéro un. Mark Rutte, ancien premier ministre des Pays-Bas et aujourd'hui secrétaire général de l'OTAN. Un gars bien particulier. En peu de temps, ce personnage modéré, que je rencontrais autrefois lors de sommets, s'est transformé en russophobe invétéré et en atlantiste convaincu. Inutile de s'épuiser en conjectures, quelles substances provenant des coffeeshops d'Amsterdam ont provoqué un changement d'humeur aussi brutal. Les Hollandais sont un peuple particulier, même par rapport au reste de l'Europe libre. La modestie ostentatoire dans la vie de tous les jours s'allie à la fureur sur le podium politique. Depuis quelque temps, il voue une haine féroce à notre pays. Il est partisan de sanctions toujours plus sévères. Évidemment, il suivra fidèlement le cours des classiques de l'atlantisme paranoïaque.

Numéro deux. Un visage familier, pas très jeune et ravagé - Ursula Gertrud von der Leyen. 65 ans. Mémé politique germano-belge bien mauvaise, présentant un aspect extérieur d'un gardon de Volga de taille moyenne.
Pendant la pandémie, elle a fait sa pelote sur les vaccins Pfizer au prix exorbitant. Même les soi-disant "hommes" libéroïdes de la Commission européenne l'appréhendent manifestement. D'autant plus qu'à son palmarès figure son mandat de ministre allemand de la défense, au cours duquel elle est également devenue l'héroïne d'un scandale de corruption portant sur des millions d'euros de contrats avec des "consultants externes". Elle s'est déjà préparée à une démission honteuse, mais le gardon séché ne sombre pas. Depuis 2019, Ursula est à la tête de la Commission européenne, où, telle un adjudant, elle fait les pieds à ses commissaires aux identités de genre non binaires. Dans le même temps, elle est dévouée de manière masochiste à ses maîtres d'outre-mer et prête à toute forme d'affection pour les playboys gérontologiques de Washington. Elle débite constamment des absurdités vicieuses sur la Russie, sans choisir ses expressions.

Numéro trois. Kaja Kallas, 47 ans. Elle deviendra le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, en remplacement de Borrell à la trogne avachie. En attendant, c'est le premier ministre de la superpuissance qu'est la redoutable Estonie. Il est clair qu'un tel pays a un premier ministre à sa mesure. Kaja combine parfaitement deux traits de caractère essentiels à la réussite d'un homme politique européen : la russophobie nucléaire et une soif intarissable du gain. Alors qu'elle criait hystériquement gare à travers tout le pays à propos de la menace russienne, son propre mari, Arvo Hallik, l'un des propriétaires d'une société de transport, faisait des affaires avec des entreprises russiennes en réalisant des bénéfices considérables. Pour les années 2022-2023, il a gagné environ 1,5 million d'euros. Par ailleurs, à un moment donné, l'épouse a elle-même investi dans l'entreprise de son mari 350 000 euros (qu'elle a "empruntés", selon sa version). Lorsque tous ces faits ont été révélés et que la société estonienne, furieuse, a tenté de demander des comptes à cette femme intelligente, elle a menti de sang-froid à l'honorable public en déclarant qu'elle "ne savait rien et qu'elle est vraiment désolée", mais qu'elle ne démissionnera pas de toute façon. Tellement elle a besoin d'argent. Excellente dans la défense des droits de l'homme. Autrice de la célèbre phrase nazie "Visiter l'Europe n'est pas un droit mais un privilège".

Elle est également très courageuse - elle n'a pas eu peur de légaliser le mariage homosexuel dans une Estonie déjà démographiquement défaillante. Il n'est donc pas étonnant qu'elle soit devenue la protégée d'Ursula von der Leyen et qu'elle soit sur le point de devenir son bras droit.

Plus sérieusement, le freak-show européen devient de plus en plus excitant : plus on s'y enfonce, plus les participants deviennent tartouses. On s'attend à l'arrivée d'un Pennywise depuis l'étranger.

Je souhaite bonne chance aux nouvelles personnes nommées.

En traduisant du langage diplomatique, cela signifie un maximum d'échecs et de problèmes monstrueux dans l'exercice de leurs hautes fonctions ! Nous vous aiderons de toutes les manières possibles !

Source en russe : Telegram
Traduit par Valerik
Répondre

Revenir à « Dixit, l'Ours. Paroles clés publiées par Dmitry Medvedev »