S. Karaganov : La Russie vient d'achever son voyage européen, 27.12.23

Valerik
Администратор
Messages : 89
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

S. Karaganov : La Russie vient d'achever son voyage européen, 27.12.23

Message par Valerik »

OÙ VA LE FLEUVE — 2024 ?
La Russie vient d'achever son voyage européen

Serguéï Karaganov interviewé pal le journal Rossiïskaïa Gazeta

Evguéniï Chestakov (Rossiïskaïa Gazeta) : M. Karaganov, étant donné la situation actuelle difficile en matière de politique étrangère, est-il nécessaire d'adopter une théorie conceptuelle différente de la dissuasion contre les ennemis de la Russie afin de mettre fin à un stade précoce à l'affrontement croissant et de décourager nos adversaires d'alimenter les conflits ?

Sergueï Karaganov : Les élites d’Europe occidentale – et notamment d’Allemagne – sont dans un état d’échec historique. La base principale de leur domination de 500 ans [sur le monde] était la supériorité militaire, sur laquelle s’est construite la domination économique, politique et culturelle de l’Occident. Mais cela leur a été supprimé. Grâce à cet avantage, ils ont manipulé les ressources mondiales en leur faveur. Ils ont d’abord pillé leurs colonies, puis ont fait de même ailleurs, mais avec des méthodes plus sophistiquées.

Les élites occidentales d’aujourd’hui ne parviennent pas à résoudre une série de problèmes croissants dans leurs sociétés. Il s’agit notamment d’une classe moyenne en diminution et d’une hausse des inégalités. Presque toutes leurs initiatives échouent. L’Union européenne, comme chacun le sait, s’étend lentement mais sûrement. C’est pourquoi sa classe dirigeante est hostile à la Russie depuis maintenant une quinzaine d’années. Ils ont besoin d’un ennemi extérieur ; L'année dernière, Josep Borrell [le plus haut responsable des affaires étrangères de l'UE] a qualifié le monde autour de l'Union de jungle. En effet, dans le passé, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que les sanctions adoptées par l’UE [contre la Russie] étaient avant tout nécessaires pour unifier l’Union européenne et éviter son effondrement.

Les élites allemandes et d’Europe occidentale ont un complexe d’infériorité dans une situation qui est pour elles désormais monstrueuse, où leur partie du monde est dépassée par tout le monde. Non seulement par les Chinois et les Américains, mais aussi par de nombreux autres pays. Grâce à la libération du monde par la Russie du « joug occidental », l’Europe occidentale ne règne plus sur les États du Sud, ou comme je les appelle, sur les pays de la majorité mondiale.

La menace que représente désormais l’Europe occidentale est que le Vieux Monde a perdu sa peur des conflits armés. Et c'est très dangereux. Dans le même temps, je vous le rappelle, l’Ouest de l’Europe a été à l’origine des pires catastrophes de l’histoire de l’humanité. Aujourd'hui, en Ukraine, il y a une lutte non seulement pour les intérêts de la Russie, pour sa sécurité, mais aussi pour empêcher une nouvelle confrontation mondiale. La menace augmente. Cela est également dû aux tentatives désespérées de contre-attaque de l’Occident pour maintenir sa domination. Les élites d’Europe occidentale d’aujourd’hui échouent et perdent beaucoup plus d’influence dans le monde que leurs homologues américaines.

La Russie mène sa propre bataille et la mène avec succès. Nous agissons avec suffisamment de confiance pour calmer ces élites occidentales, de peur qu’elles ne déclenchent un autre conflit mondial par désespoir de leurs échecs. Nous ne devons pas oublier que les prédécesseurs de ces mêmes peuples ont déclenché deux guerres mondiales en une seule génération au cours du siècle dernier. Aujourd’hui, la qualité de ces élites est encore inférieure à ce qu’elle était alors.

Parlez-vous de la défaite spirituelle et politique de l'Europe occidentale comme d'un fait accompli ?

Oui, et c'est effrayant. Après tout, nous faisons également partie de la culture européenne. Mais j’espère que, grâce à une série de crises, des forces saines prévaudront de ce côté du continent dans une vingtaine d’années, disons. Et ce continent se réveillera de son échec, y compris de son échec moral.

Nous assistons pour l’instant à la formation d’un nouveau rideau de fer par rapport à la Russie. L’Occident tente d’« effacer » notre pays, y compris dans les domaines de la culture et des valeurs. Il y a une déshumanisation délibérée des Russes dans les médias. Devons-nous réagir à l’envers et « annuler » l’Occident ?

Absolument pas. L’Occident ferme désormais le rideau de fer, d’abord parce que nous, en Russie, sommes les vrais Européens. Nous restons en bonne santé. Et ils veulent exclure ces forces saines. Deuxièmement, l’Occident ferme ce rideau, encore plus étroitement que pendant la guerre froide, afin de mobiliser sa population dans les hostilités. Mais nous n’avons pas besoin d’une confrontation militaire avec l’Occident, c’est pourquoi nous nous appuierons sur une politique d’endiguement pour éviter le pire.

Bien entendu, nous n’annulerons rien, y compris notre histoire européenne. Oui, nous avons terminé notre parcours européen [en termes d'intégration]. Je pense que cela a traîné un peu, peut-être pendant un siècle. Mais sans la vaccination européenne, sans la culture européenne, nous ne serions pas devenus une si grande puissance. Nous n’aurions pas eu Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine ou Blok. Nous garderons donc la culture européenne, que l’Occident de notre continent semble vouloir abandonner. Mais j’espère qu’il ne se détruira pas complètement à cet égard. Parce que l’Europe occidentale n’abandonne pas seulement la culture russe, elle abandonne également sa propre culture. Cela annule une culture largement basée sur l’amour et les valeurs chrétiennes. Il efface son histoire, détruit ses monuments. Pour autant, nous ne rejetterons pas nos racines européennes.

J’ai toujours été contre le fait de regarder l’Occident avec une simple réticence. Vous ne devriez pas faire ça. Alors nous serions comme eux. Et les Occidentaux glissent désormais vers une marche inévitable vers le fascisme. Nous n’avons pas besoin de toutes les contagions qui ont eu lieu et se développent à l’ouest de l’Europe. Y compris, une fois de plus, la contagion croissante du fascisme.

L’année 2023 a vu le dégel d’anciens conflits et la création manifeste des conditions nécessaires à de nouveaux conflits – l’explosion prévisible de la confrontation palestino-israélienne, une série de guerres en Afrique et des affrontements plus localisés en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Cette tendance va-t-elle se poursuivre ?

Cette tendance ne deviendra pas une avalanche l'année prochaine. Mais il est évident que cette tendance va augmenter, car les plaques tectoniques du système mondial se sont déplacées. La Russie est bien mieux préparée à cette période qu’elle ne l’était il y a quelques années. L’opération militaire que nous menons en Ukraine vise, entre autres, à préparer le pays à vivre dans le monde très dangereux de l’avenir. Nous purifions notre élite, en nous débarrassant des éléments corrompus et pro-occidentaux. Nous relançons notre économie. Nous relançons notre armée. Nous ravivons l'esprit russe. Nous sommes désormais bien mieux préparés à défendre nos intérêts dans le monde qu’il y a quelques années. Nous vivons dans un pays renaissant qui regarde avec audace vers l’avenir. L’opération militaire nous aide à nous purger des Occidentaux et des occidentalistes, à trouver notre nouvelle place dans l’histoire. Et enfin, nous renforcer militairement.

Êtes-vous d’accord qu’à partir de 2024 le monde entrera dans une période de conflit prolongé ? L’humanité a-t-elle aujourd’hui la volonté politique de changer cette situation ?

Bien entendu, nous sommes entrés dans une ère de conflits prolongés. Mais nous y sommes bien mieux préparés que jamais. Il me semble qu’en poursuivant une politique visant à contenir l’Occident et à construire des relations avec la Chine frère, nous devenons désormais un axe du monde capable d’empêcher tout le monde de sombrer dans une catastrophe mondiale. Mais cela nécessite des efforts pour dégriser nos opposants occidentaux. Nous sommes entrés dans une lutte pour sauver le monde. La mission de la Russie est peut-être de libérer notre planète du « joug occidental », de la sauver des difficultés qui naîtront de changements qui provoquent déjà de nombreuses frictions. La menace vient en grande partie de la contre-attaque désespérée de l’Occident, qui s’accroche à sa domination vieille de 500 ans, qui lui a permis de piller le monde.

Nous constatons que de nouvelles valeurs ont émergé en Occident, notamment le déni de tout ce qui est humain et divin chez l’homme. Les élites occidentales ont commencé à entretenir ces anti-valeurs et à supprimer les valeurs normales. Une période difficile nous attend donc, mais j’espère que nous nous préserverons et aiderons le monde à sauver l’humanité traditionnelle.

L’un des nombreux problèmes auxquels le monde est confronté aujourd’hui est bien entendu que l’économie mondiale est plongée dans une crise systémique en raison de la croissance sans fin de la consommation. Cela détruit la nature elle-même. L'homme n'a pas été créé pour consommer ; voir le sens de l'existence en achetant de nouvelles choses.

Dans une interview accordée à Interfax, notre vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a lié l'éventuel abandon futur de la politique antirusse des États-Unis et de leurs subordonnés à un « changement de génération » en Occident. Mais un changement d’élites en Occident, s’il se produit, pourrait-il donner une impulsion pour désamorcer les tensions ? La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, née en 1980, par exemple, fait partie de la nouvelle génération, mais ses opinions sont plus radicales que celles des autres « faucons » du passé. Selon vous, reste-t-il des hommes politiques raisonnables et diplomates en Occident ?

Je pense qu'aujourd'hui en Occident nous avons affaire à deux générations d'élites déjà assez dégradées. Malheureusement, il est peu probable que nous parvenions à un accord avec eux. Cependant, je continue de croire que les sociétés et les peuples, y compris ceux d’Europe occidentale, reviendront à des valeurs normales. Bien entendu, cela nécessitera un changement de génération d’élites. Je suis d’accord avec Sergueï Ryabkov sur le fait que cela prendra du temps, mais j’espère que les pays d’Europe occidentale, et peut-être aussi les États-Unis, ne tomberont pas dans une situation désespérée et que des forces nationales saines reviendront au pouvoir dans toute l’Europe.

Cependant, je ne crois pas que des forces nationales réelles et pragmatiques, je le répète, puissent accéder au pouvoir en Europe occidentale dans un avenir proche. Je pense donc que si nous parlons un jour de relations normales entre la Russie et l’Occident, cela prendra au moins 20 ans.

Nous devons également réaliser que nous n’avons plus besoin de l’Occident. Nous avons tiré tout ce que nous pouvions de ce merveilleux voyage européen lancé par Pierre le Grand. Il faut maintenant revenir à nous-mêmes, aux origines de la grandeur de la Russie. C’est bien entendu le développement de la Sibérie. Son nouveau développement, qui signifie atteindre de nouveaux horizons. Nous devons nous rappeler que nous ne sommes pas tant un pays européen qu’eurasien. Je ne me lasserai jamais de rappeler qu'Alexandre Nevski a passé un an et demi à voyager à travers l'Asie centrale puis la Sibérie du Sud pour se rendre au Karakorum, la capitale de l'empire mongol. En fait, il fut le premier Sibérien russe.

En retournant en Sibérie, dans l'Oural, en construisant de nouvelles routes, de nouvelles industries, nous retournons à nous-mêmes, aux racines de nos 500 ans de grandeur. Ce n’est qu’après l’ouverture de la Sibérie que la Russie a trouvé la force et l’opportunité de devenir une grande puissance.

Malheureusement, dans un avenir proche, il ne peut y avoir d’accord de principe sérieux entre États sur la limitation des armements.

Dans quelle mesure est-il raisonnable d’oublier l’Europe pendant des décennies ?

Il ne faut en aucun cas oublier les vieilles pierres sacrées de l'Europe dont parlait Dostoïevski. Elles font partie de notre conscience de soi. J'aime moi-même l'Europe, et Venise en particulier. C’est par cette ville que sont passées la Route de la Soie, et par elle les grandes civilisations asiatiques. À cette époque, d'ailleurs, leur développement dépassait la civilisation européenne. Il y a encore 150 à 200 ans, regarder vers l’Europe était un signe de modernisation et de progrès. Mais depuis longtemps, et plus encore aujourd’hui, c’est le signe d’un retard intellectuel et moral. Nous ne devons pas nier nos racines européennes ; nous devrions les traiter avec soin. Après tout, l’Europe nous a beaucoup apporté. Mais la Russie doit aller de l’avant. Et avancer ne signifie pas vers l’Ouest, mais vers l’Est et le Sud. C’est là que réside l’avenir de l’humanité.

Le Traité sur les armes stratégiques offensives expire en 2026. Quelle est la prochaine étape ? Face au nihilisme juridique de l’Occident, peut-on compter sur de nouveaux accords militaires interétatiques ? Ou bien l’humanité est-elle condamnée à une course aux armements incontrôlable jusqu’à l’instauration d’un nouvel ordre mondial et, par conséquent, d’un nouveau statu quo ?

Il est inutile de négocier avec les élites occidentales actuelles. Dans mes écrits, j’exhorte l’oligarchie occidentale à remplacer ces personnes, car elles sont dangereuses pour elles-mêmes, et j’espère que tôt ou tard un tel processus commencera. Parce que le groupe actuel est si profondément dégradé qu’il est impossible de négocier avec lui. Bien sûr, il faut leur parler. Après tout, il existe d’autres menaces que les armes nucléaires. Il y a la révolution des drones. Des cyberarmes sont apparues. Il existe une intelligence artificielle. Des armes biologiques sont apparues, qui peuvent également menacer l'humanité de terribles problèmes. La Russie doit développer une nouvelle stratégie pour contenir toutes ces menaces. Nous y travaillons, notamment au sein du nouvel Institut d’économie et de stratégie militaires internationales, et continuerons à le faire avec les élites intellectuelles des pays de la majorité mondiale. Ce sont avant tout nos amis chinois et indiens. Nous en discuterons avec nos collègues pakistanais et arabes. Jusqu’à présent, l’Occident n’a rien de constructif à nous proposer. Mais nous ne fermerons pas nos portes.

Malheureusement, dans un avenir proche, il ne peut y avoir d’accord de principe sérieux entre États sur la limitation des armements. Tout simplement parce qu’on ne sait même pas quoi limiter et comment le limiter. Mais nous devons développer de nouvelles approches et inculquer des visions plus réalistes à nos partenaires du monde entier. Il n’est même pas techniquement possible de compter sur des accords de limitation des armements dans les années à venir. Ce serait tout simplement une perte de temps. Il pourrait toutefois être possible de mener des négociations pro forma. Par exemple, essayer d’interdire de nouveaux domaines de la course aux armements. Je suis particulièrement préoccupé par les armes biologiques et les armes spatiales. Quelque chose peut être fait dans ces domaines. Mais ce dont la Russie a besoin maintenant, c’est de développer un nouveau concept de dissuasion, qui comportera non seulement des aspects militaires mais aussi psychologiques, politiques et moraux.

Est-il trop prématuré d'affirmer que l'Occident a accepté la défaite de Kiev ? Et l’idée selon laquelle les pays du Sud sont en train de vaincre avec confiance le monde occidental ?

Les Etats-Unis profitent de la confrontation en Ukraine. [En attendant] pour les élites d’Europe occidentale, c’est le seul moyen d’éviter un effondrement moral. C’est pourquoi ils soutiendront pendant longtemps le conflit en Ukraine. Dans une telle situation, nous devons agir de manière décisive, tant sur le terrain que dans le domaine de la dissuasion stratégique, afin d’atteindre nos objectifs le plus rapidement possible. Dans le même temps, il est important de comprendre que la majorité du monde ne luttera pas contre l’Occident. De nombreux pays souhaitent développer leurs relations commerciales et autres avec ces pays. La majorité mondiale est donc un partenaire mais pas un allié de la Russie. Nous devons être durs, mais avec calcul. Je suis presque certain qu’avec une bonne politique d’endiguement et une politique active aux marges de l’Ukraine, nous pouvons briser la volonté de la dangereuse résistance occidentale.

Dans le monde d’aujourd’hui, c’est chacun pour soi. C’est un monde merveilleux, multipolaire et multicolore. Cela ne veut pas dire que dans 20 ans il n’y aura pas de blocs, y compris un bloc pro-russe conditionnel. Nous devons nous retrouver, comprendre qui nous sommes : une grande puissance eurasienne, l'Eurasie du Nord. Libérateur des nations, garant de la paix et pivot militaro-politique de la majorité mondiale. C'est notre destin. De plus, nous sommes particulièrement bien préparés pour ce monde grâce à l’ouverture culturelle que nous avons acquise grâce à notre histoire. Nous sommes religieusement ouverts. Nous sommes ouverts à l'échelle nationale. Ce sont toutes des choses que nous défendons désormais. Nous réalisons de plus en plus que ce qui compte le plus chez nous, c'est l'esprit et la culture russes. Nous sommes tous Russes – Russes russes, Tatars russes, Tchétchènes russes, Iakoutes russes… Je pense que nous nous retrouvons. Et j’aborde la nouvelle année avec un sentiment d’élévation spirituelle et d’optimisme. La Russie renaît. C'est absolument évident.
======
Cette interview a été publiée pour la première fois en russe par le journal Rossiïskaïa Gazeta, traduite en anglais par l'équipe RT, ensuite traduite en français par La Cause du Peuple sous le titre «Attendez-vous au divorce de la Russie et de l'Occident»
Répondre

Revenir à « Discours et interventions des autres gens politiques »