Discours de V. Poutine au Forum culturel international de St-Pétersbourg, 17.11.23

Valerik
Администратор
Messages : 89
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Discours de V. Poutine au Forum culturel international de St-Pétersbourg, 17.11.23

Message par Valerik »

Vladimir Poutine a participé le 17 novembre 2023 à la session plénière du 9e Forum culturel international de Saint-Pétersbourg - Forum des cultures unies.

Le débat a été animé par Mikhail Chvydkoy, représentant spécial du président de la Fédération russienne pour la coopération culturelle internationale.

Vladimir Poutine : Bonjour, chers amis, Mesdames et Messieurs !

Je suis très heureux de vous accueillir à Saint-Pétersbourg. Il est symbolique que cette ville accueille traditionnellement ce forum culturel international, car notre capitale du Nord est un exemple unique de l'enrichissement mutuel des cultures russes et des autres cultures du monde.

Saint-Pétersbourg a été créé par des architectes exceptionnels de différents pays. On y trouve une concentration de réalisations brillantes de grands écrivains, musiciens, scientifiques, acteurs, penseurs au sens le plus large du terme, dont l'œuvre est devenue partie intégrante du patrimoine culturel de notre planète.

Saint-Pétersbourg est également l'une des incarnations visibles de la réactivité globale du peuple russe, de l'âme russe, dont Fiodor Dostoïevski a écrit, entre autres, qu'elle était capable de comprendre, d'accepter et de développer ce qu'il y a de mieux, de ne pas souligner les différences, mais de trouver un terrain d'entente, de s'élever au sommet de l'enrichissement spirituel mutuel et d'avancer ensemble. Ce sont les principes qui sont proches de la Russie et de notre peuple depuis des siècles - un pays-civilisation qui préserve soigneusement les langues et les traditions de tous ses peuples et qui est une unité, unique dans le monde, de nombreuses cultures distinctes.

L'expérience de l'histoire millénaire de notre pays démontre de manière convaincante que la diversité culturelle est un grand bien et que l'interaction des cultures est l'une des conditions du développement stable et pacifique, car parmi les principales causes des tensions actuelles dans le monde figurent les prétentions de certaines forces à l'exclusivité, y compris l'exclusivité culturelle, leur mépris des autres coutumes et valeurs spirituelles, leur désir de soumettre tout et tous à l'unification, et selon leur propre modèle, qu'ils considèrent comme le meilleur et le plus universel. Cette mondialisation vulgaire et, j'ajouterais, cette expansion culturelle ont entraîné la suppression et l'appauvrissement des cultures et multiplié les possibilités de conflit.

Nous sommes convaincus que l'avenir réside dans le développement libre, multilinéaire et diversifié des cultures, dans le dialogue le plus large des communautés humanitaires du monde multipolaire qui naît aujourd'hui. Si j'ai bien compris, ce Forum des cultures unies est destiné à faire partie d'un tel dialogue. Nous croyons en l'aspiration des personnes créatives et éclairées à construire un monde juste, durable et sûr. Nous pensons qu'il s'agit d'un effort sincère pour améliorer la situation dans le monde ["monde" : "мир" ("mir") en russe - NdT]. Le "mir" dans tous les sens que ce mot a dans la langue russe : le "mir" en tant que la paix, l'entente, le "mir" en tant que la gent, la société, le "mir" en tant que l'ensemble de l'humanité, la planète entière.

Je sais que les participants au forum se sont préparés un programme riche, et l'un des principaux sujets de discussion a été la connaissance de l'Histoire par la culture. Il faut noter, et c'est une évidence, que les archives, les preuves documentaires des événements, les sources primaires semblent être à la disposition de tout le monde aujourd'hui - enfin, d'une part, pas de tout le monde, et d'autre part, elles sont surtout traitées par des spécialistes, des professionnels. La plupart des gens tirent leur connaissance du passé des livres, du cinéma, du théâtre, de la peinture, de la musique, alors que la vérité sur l'histoire, sur les pages les plus difficiles du passé, est donnée, bien sûr, par les chefs-d'œuvre de la culture mondiale - russe, européenne, américaine, chinoise, indienne, arabe et bien d'autres.

Mais pour ceux qui falsifient l'Histoire - et malheureusement, il y en a toujours eu beaucoup à des moments cruciaux de l'Histoire - l'art véritable est, comme on dit, une épine dans la gorge. Il empêche ces personnes de déformer le passé pour l'adapter à leurs constructions idéologiques ou, comme on le voit souvent, marquées par la sexospécifité, il les empêche de diviser les gens. C'est pourquoi les menteurs fabriquent des faussetés dans le cinéma, dans le journalisme et dans la littérature.

Pour autant, tout ce qui ne correspond pas à leurs falsifications historiques est tout simplement rayé. Des pans entiers de l'Histoire, de l'art de l'Europe occidentale, de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique latine sont réduits au silence, comme si rien ne s'était passé, et notre culture à nous toute entière a récemment fait l'objet d'une tentative d'annulation. Je parle d'une "tentative" parce que, par définition, nous comprenons que c'est impossible, mais ils annulent néanmoins la culture, qui est basée sur la vraie liberté et la miséricorde, l'amour de l'être humain, la spiritualité [le mot russe "духовность" ("doukhovnost"), de loin plus large que la "spiritualité", est intraduisible, il devrait être expliqué ailleurs - NdT]. La politique d'abolition de la Russie est en soi, par essence, anticulturelle, néocoloniale et raciste.

Mais la vérité consiste en ce qu'avec cette fameuse annulation, ainsi qu'avec les soi-disant sanctions anti-russes, les auteurs de ces idées, comme on dit, tout est allé sens dessus dessous dès le début. L'un des nombreux exemples de cette situation est l'énorme intérêt que suscite, par exemple, le concours Tchaïkovski. Son audience en ligne a dépassé 50 millions de personnes. Dans le monde d'aujourd'hui, il est impossible, tout simplement impossible, d'annuler de telles choses. Il est étrange que les personnes qui essaient de le faire ne s'en rendent pas compte. Soit dit en passant, sur ces 50 millions de personnes, la plupart sont des Européens qui ne veulent pas que quelqu'un décide à leur place de la musique à écouter, de ce qu'il faut regarder et de ce qu'il faut lire.

Malgré toutes les interdictions et sanctions, l'art ne connaît toujours pas de frontières. Il en a toujours été ainsi, il en est ainsi et il en sera toujours ainsi, surtout à notre époque de progrès technologique rapide, qui crée d'énormes opportunités, mais aussi, bien sûr, de nouveaux risques. Nous devons calculer les conséquences de ces processus fondamentaux et tectoniques, des réalisations de la génétique, de la mécanique quantique, des technologies de l'intelligence artificielle et d'autres tendances novatrices.

Si j'ai bien compris, ce problème est également devenu le thème de ce forum, et c'est tout à fait logique : seule la culture peut garantir la sécurité et le caractère raisonnable des innovations. La culture est le régulateur éthique le plus naturel du progrès technologique. Les organisateurs du forum proposent de la considérer comme la base du développement social et de l'humanisme. Porteuse de l'identité nationale, des traditions et de la foi de nos pères, elle est la garantie de la préservation de nos racines spirituelles. Elle est extrêmement importante pour l'individu et pour le pays dans son ensemble : elle nous protège de tout ce qui est superflu et momentané, nous donne de la stabilité face à tous les défis et sert de référence morale qui nous permet de rester humains dans les conditions les plus difficiles.

Le monde entier a été choqué par la nouvelle de la destruction par des terroristes du légendaire Arc de Triomphe de Palmyre en Syrie, et pour nous, le mot même de "Palmyre" est aussi un symbole. Je voudrais attirer votre attention - la partie russe de l'auditoire le sait bien, donc je le dirai à l'attention de nos amis et invités étrangers - sur le fait que la ville dans laquelle nous nous trouvons, Saint-Pétersbourg, est aussi appelée de temps en temps Palmyre du Nord. Pendant le siège, les barbares nazis et leurs satellites ont essayé de la détruire de la même manière.

En 2016, après la libération de Palmyre en Syrie, nos experts de l'Institut d'histoire de la culture matérielle ont pris des mesures urgentes pour sauver le monument : ils ont examiné les ruines de l'arche, enregistré chaque fragment, créé un projet unique de restauration de ce site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, et bientôt, avec leurs collègues syriens, ils commenceront à le mettre en œuvre.

La Russie et son peuple sont profondément conscients de leur responsabilité dans la préservation du patrimoine mondial et des valeurs traditionnelles. Il est dans notre caractère national d'être sensible à la douleur des autres et de lutter pour la justice, ainsi que de veiller à la préservation de notre patrimoine commun - je fais ici référence à la langue russe. Elle a été et reste la langue de communication interethnique pour des centaines de millions de personnes dans le monde. L'initiative du président du Kazakhstan, M. Tokayev, de créer une organisation internationale pour la langue russe en est la preuve. La proposition a certes été soutenue par la Russie et nos collègues, les dirigeants des pays de la CEI, mais il ne fait aucun doute que le nombre de membres de cette organisation augmentera.

L'année prochaine, la Russie présidera deux organisations internationales à la fois : les BRICS et la CEI. Nous avons prévu un vaste programme culturel. Nous souhaitons également renforcer la coopération culturelle et humanitaire avec l'Organisation de coopération de Shanghai, l'ANASE et les principales associations régionales d'Afrique et d'Amérique latine.

Au niveau de l'État, nous accordons la plus grande attention à la culture. Des fonds importants sont consacrés à son développement, et nous n'avons bien sûr pas l'intention de les réduire. Au contraire, nous allons chercher des réserves supplémentaires, soutenir les artistes et les organisations, les programmes de protection des monuments et de développement des villes historiques, et lancer des projets uniques basés sur des solutions numériques telles que, par exemple, la carte Pouchkine, qui est déjà opérationnelle. Ce programme culturel et éducatif pour les jeunes donne à chaque citoyen russe âgé de 14 à 22 ans la possibilité de visiter des musées, des théâtres, des salles de concert et d'autres institutions culturelles aux frais de l'État. Ces programmes éducatifs accessibles au public ne se contentent pas d'ouvrir les arts aux jeunes, ils servent également à promouvoir les principes d'égalité et d'équité sociale.

Les entrepreneurs nationaux jouent également un rôle constructif dans le développement de la culture. Ils s'emploient à préserver le patrimoine culturel des peuples de Russie, à ouvrir de nouveaux espaces créatifs, y compris sur le site d'anciennes zones industrielles, à enrichir les collections de nos musées et de nos bibliothèques d'objets précieux, et ils le font en toute sincérité. Une telle mission mérite la gratitude la plus profonde.

Le processus de participation des entreprises au développement de la culture est de nature supranationale et unificatrice, ce qui signifie qu'il y aura de plus en plus d'initiatives de la part des entreprises et des institutions de développement en Russie, dans les économies de l'Eurasie, des BRICS et de l'OCS, il n'y a aucun doute à ce sujet, et le thème de ce que l'on appelle la culture d'entreprise et le mécénat artistique deviendra, je l'espère, un point traditionnel de l'ordre du jour du forum.

Je tiens à souligner que la Russie est déterminée à travailler en étroite collaboration avec tous ceux qui partagent nos valeurs de paix, d'amitié et de respect mutuel, et qui sont prêts à participer à la formation d'un monde multipolaire moderne fondé sur la diversité civilisationnelle et culturelle.

La préservation de l'identité des peuples et l'égalité des droits et des chances pour toutes les nations sont la clé du développement réussi de l'humanité. Le Forum des cultures unies, ses débats et ses idées sont conçus pour contribuer à la réalisation de ces objectifs. En attirant de plus en plus d'artistes, d'enseignants, de scientifiques, d'entrepreneurs et de mécènes, jeunes et faisant autorité, il peut devenir une plateforme permanente pour la prise de décisions importantes dans le domaine humanitaire. Bien entendu, la Russie est prête à assurer ce travail.

Merci beaucoup d'être ici, d'être avec nous. Je vous remercie de votre attention.

(Applaudissements.)

Source en russe : le site du Kremlin
Traduit par Valerik

À lire les réponses de V. Poutine aux questions des participants du forum, y compris Pierre de Gaulle, dans un sujet à part.
Répondre

Revenir à « Discours du Président de la Russie »