S. Karaganov : Comment prévenir une troisième guerre mondiale (26.09.23)

Valerik
Администратор
Messages : 89
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

S. Karaganov : Comment prévenir une troisième guerre mondiale (26.09.23)

Message par Valerik »

Serguey Karaganov : Comment prévenir une troisième guerre mondiale

Image

Mi-juin j’ai publié un article intitulé « L’utilisation des armes nucléaires peut sauver l’humanité d’une catastrophe mondiale » dans le magazine Profil. Il a été publié presque simultanément en russe et en anglais sur le site Internet de la revue Russia in Global Affairs. [1] Il a été largement réimprimé dans le monde entier, déclenchant un tsunami de réponses, d’objections et de débats, des dizaines de milliers de réactions. Les mots de soutien ne manquaient pas non plus.

J'ai accueilli les critiques de certains de mes compatriotes avec sérénité et avec une bonne dose d'humour. Avec joie et intérêt, j’ai accueilli les retours de mes adversaires. En tant que patriote de la Russie et citoyen responsable de l'humanité, ainsi qu'érudit international, j'ai ressenti un sentiment de satisfaction en réalisant que j'accomplissais avec succès mon devoir moral et professionnel.

Toutefois, le travail ne fait que commencer.

Début de la discussion

L’un des objectifs intermédiaires de cet article — qui est de relancer le débat sur le rôle de la dissuasion nucléaire dans la prévention d’une guerre thermonucléaire majeure, et d’une guerre majeure en général — a été partiellement atteint. La communauté stratégique professionnelle et le public réfléchi en général ont commencé à s’éloigner du sommeil léthargique du « parasitisme stratégique ». Cette léthargie a été provoquée par trois quarts de siècle sans guerre majeure, qui a conduit — principalement en Occident, mais même ici en Russie — à une habitude de paix, à l'assurance que tout restera tel quel et à un sentiment émoussé d'auto-préservation parmi une partie importante des élites mondiales. S’opposer activement à la menace d’une guerre majeure, qui dégénérerait presque inévitablement en un Armageddon nucléaire, commence à paraître gênant et dépassé.

J'évoquerai plus tard une autre raison justifiant le besoin urgent de renforcer la dissuasion nucléaire, à savoir le développement d'une nouvelle phase de la course aux armements, potentiellement beaucoup plus coûteuse et dangereuse que celle que nous avons connue au cours des années de la précédente guerre froide.

Je maintiens chaque mot écrit dans l’article de juin. Je renforcerai certains arguments et en introduirai de nouveaux que je n'ai pas évoqués la dernière fois en faveur d'une politique d'intensification de la dissuasion/intimidation nucléaire et de dégrisement de l'adversaire. Mais d’abord, je répondrai aux critiques.

Répondre à tous, notamment à certaines voix russes, serait déplacé. Ils ne méritent pas qu’on s’y attarde, en particulier au tollé insinuant que moi-même et ceux qui sont d’accord avec moi appelions à l’utilisation des armes nucléaires.

La dissuasion, l’intimidation et la réflexion nucléaires actives que je propose visent précisément à empêcher un conflit thermonucléaire mondial, et de préférence toute utilisation d’armes nucléaires.

Dans mon cœur, je comprends en partie les critiques émanant de ceux qui disent que cela ne peut pas exister, car c’est trop terrible à envisager. Mais mon esprit le rejette. Les pacifistes, y compris les pacifistes nucléaires, ne peuvent vivre confortablement, s'asseoir et discuter dans les cafés que parce que les guerriers se battent pour eux et meurent. Tout comme nos soldats et nos officiers le font actuellement sur les champs de bataille en Ukraine.

Je connais bien la théorie selon laquelle les armes nucléaires, si elles étaient utilisées, conduiraient inévitablement à une escalade mondiale et à la disparition de la civilisation humaine. Une telle possibilité existe et ne doit en aucun cas être sous-estimée. Cependant, sans renforcer la dissuasion nucléaire et sans restaurer la peur d’une guerre nucléaire, y compris une menace crédible d’un recours limité aux armes nucléaires, une guerre mondiale, compte tenu de la trajectoire des évolutions mondiales, est pratiquement inévitable.

Pourtant, l’escalade automatique d’un usage limité d’armes nucléaires vers un conflit thermonucléaire mondial est un mythe. Cela contredit certainement les projets réels d’utilisation des armes nucléaires, ainsi que les doctrines officielles. Dans le passé, ce mythe était très utile. Comme d’autres experts, j’ai consciemment participé à sa création pendant la guerre froide. Gonfler ces idées visait à empêcher toute guerre majeure entre États nucléaires, même si cela semble contredire la logique des doctrines actuelles sur l’utilisation des armes nucléaires. Mais cette fonction cruciale de la dissuasion nucléaire — empêcher toute guerre majeure, notamment contre les grandes puissances nucléaires — n’a pas fonctionné. L’Occident en a effectivement déclenché une.

La réaction des fonctionnaires, des semi-officiels et des experts aux États-Unis a été presque effroyable. Ils ont continué à minimiser grossièrement la probabilité que la Russie recoure à l’arme nucléaire. Ils n’arrêtent pas de dire : « Non, ils ne les utiliseront pas. » « Leur [notre - SK] doctrine ne prévoit pas l'utilisation d'armes nucléaires, sauf en réponse à une attaque contre le territoire de la Fédération de Russie ou de ses alliés ou lorsque l'existence même de l'État est menacée. » Et une telle situation ne semble pas exister. Notre doctrine nucléaire frivole, quoique hélas pas irresponsable, qui a été écrite à une époque différente en accord avec les théories stratégiques dominantes (venant généralement de l'Occident) et apparemment motivée par un désir persistant du passé de plaire aux autres, est utilisée comme prétexte pour mener une guerre sans fin contre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien. Les déclarations du Président, indiquant la possibilité d'utiliser des armes nucléaires, sont soit réduites au silence, soit ridiculisées et présentées comme creuses. Il est absolument clair que des efforts sont en cours pour dénucléariser politiquement et psychologiquement la Russie et pour la priver virtuellement de ses armes nucléaires, puisqu’ils n’y sont pas parvenus physiquement. Les Occidentaux tentent de faire en sorte que leur avantage économique latent rapporte des dividendes politiques, d’épuiser la Russie et de provoquer une scission interne. Je ne prétends pas être au même niveau que le Président, mais même mon modeste article a été qualifié de propagande. Il ne l'est pas. Il est une invitation à la réflexion.

La minimisation de la menace d’une guerre nucléaire pour justifier des politiques imprudentes et imposer la défaite à la Russie a atteint des proportions absurdes. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken occupant la quatrième place dans la liste de succession présidentielle en cas de décès ou d’incapacité du président à exercer ses fonctions déclarait le 30 juillet : « La menace potentielle d’une guerre nucléaire n’est pas plus dangereuse que le problème existentiel du changement climatique et il n’y a pas de hiérarchie à cet égard. » J'étais abasourdi. Mais cela ne s’arrête pas là. S'exprimant au Vietnam le 10 septembre, le président Biden a déclaré : « La seule menace existentielle à laquelle l'humanité est confrontée, encore plus effrayante qu'une guerre nucléaire, est un réchauffement climatique dépassant 1,5 degré dans les 20 à 10 années à venir… Il n'y a aucun moyen de revenir en arrière. » [2]

En tant qu'habitant de la Terre je suis également préoccupé par le changement climatique. L’humanité devra péniblement s’y adapter. Mais quand ce changement est considéré comme pire qu’une catastrophe nucléaire qui détruirait des centaines de millions de vies et porterait atteinte à l’habitat de toute notre espèce, vous comprenez que nous avons affaire aux … dangereux. Je m’abstiendrai d’utiliser le terme le plus approprié. Après tout, nous parlons des dirigeants d’une grande puissance nucléaire. La peur des armes nucléaires, ou d’une guerre nucléaire en général, doit être rétablie sans plus attendre.

De telles déclarations renforcent fortement mes arguments sur le besoin d’un réveil brutal des élites occidentales en rapide détérioration. Le « parasitisme nucléaire » et le déclin du sentiment d’auto-préservation sont clairement visibles dans ce que font et disent les Occidentaux à propos de la centrale nucléaire de Zaporojié. La junte de Kiev le bombarde et nous repoussons les attaques, mais nous ne voyons aucune protestation, sans parler de celles de masse. Ils espèrent que si l’une de ces attaques réussit, de petites fuites et quelques victimes s’ensuivront, mais ils pourront à nouveau blâmer la Russie ; le monde ne s’effondrera pas et ils pourront poursuivre leurs politiques insensées. Ils ne craignent plus les radiations, même si celles-ci constituent la conséquence la plus redoutée des armes nucléaires dans la conscience publique.

Un sondage mené en mars par le Pew Research Center, jouissant d'une réputation solide, a montré que les Américains considéraient comme les principales menaces les cyberattaques, les fausses nouvelles, la Chine et la Russie en général, les problèmes économiques mondiaux, les maladies infectieuses, le changement climatique et seulement ensuite la guerre nucléaire.[3]

En minimisant la menace nucléaire, l’État profond américain se donne carte blanche pour mener une politique étrangère agressive et manifestement imprudente.

L’objectif non dissimulé des Étatsuniens et des autres Occidentaux de nous arranger notre propre « guerre du Vietnam » ou « l’Afghanistan au carré » est compréhensible. Les Ukrainiens n’ont aucune valeur à leurs yeux et ils sont désireux de dégrader, ou mieux encore, de désintégrer la Russie pour ensuite arrêter, voire inverser la marche victorieuse de la Chine. Ce qui reste flou, c’est la fureur de nos stratèges de salon qui insistent sur le fait que toute menace d’utilisation d’armes nucléaires est inacceptable. Envisagent-ils de se battre « jusqu’au dernier soldat russe », en éliminant sans cesse les meilleurs hommes, les plus courageux, les plus énergiques et les plus patriotes d’entre nous ?

J'admets que les fervents critiques de la dissuasion active ou de toute menace d’utilisation d’armes nucléaires contre des pays poursuivant des politiques hostiles à l’égard de la Russie peuvent inclure des défaitistes qui n’ont pas encore fui la Russie mais qui détestent néanmoins le pays et son gouvernement. Cependant, je refuse de comprendre la logique, ou l’absence de logique, chez d’autres collègues que je ne souhaite pas soupçonner de cette façon de penser.

Je comprends la volonté de nos dirigeants de ne pas trop alarmer l’opinion publique. Mais cette attitude détendue n'échappe pas à l'adversaire qui refuse de croire nos déclarations selon lesquelles une guerre avec l'Occident en Ukraine est existentielle pour nous, ni notre détermination à gagner, y compris, dans le pire des cas, en recourant aux mesures les plus sévères. En agissant ainsi, nous faisons involontairement le jeu de ceux qui espèrent infliger une défaite stratégique à la Russie, sapant ainsi la crédibilité de la dissuasion nucléaire et, à terme, augmentant la probabilité de sombrer dans une Troisième Guerre mondiale à grande échelle.

Il est nécessaire de faire comprendre à nos partenaires et, bien sûr, à nos adversaires, notre détermination à « répondre au maximum » à la poursuite et à l’escalade de leurs actions agressives. (Pas un seul drone, malgré la diabolisation de la Corée du Nord, n’a jamais frappé Pyongyang car ses adversaires n’ont aucun doute sur sa détermination à répondre violemment, et pas nécessairement avec des armes nucléaires).

Course aux armements

L’une des fonctions les plus importantes de la dissuasion nucléaire est d’économiser des ressources sur des armes conventionnelles en masse, beaucoup plus coûteuses. C'est exactement ce qu'ont fait les pays occidentaux lors de la précédente guerre froide, lorsque la menace, quoique bluffante (mais c'est une autre question), d'utiliser l'arme nucléaire en cas de marche victorieuse des forces soviétiques vers la Manche leur a permis de sauver sur les forces conventionnelles. Cela faisait partie intégrante de la politique militaire de l’OTAN. Les dirigeants et généraux soviétiques, influencés par le syndrome du 22 juin 1941, mais aussi par l’absence de toute pression venant d’en bas pour réduire leurs dépenses extravagantes en armement, ne partageaient pas cette logique. Ils se sont engagés dans une course aux armements nucléaires et conventionnels et ont maintenu une armée gigantesque. Comme nous le savons, l’Union soviétique possédait plus de chars en service que le reste du monde réuni et plus de têtes nucléaires que les États-Unis. Cette course aux armements parallèle, couplée à l’érosion de l’idée alors nationale d’internationalisme communiste et aux inefficacités de l’agriculture, a brisé le pays. Voulons-nous une répétition ?

Je suis conscient du fait que les généraux et maréchaux d’infanterie soviétiques, ainsi qu’un certain nombre de dirigeants de l’industrie de défense, détestaient les armes nucléaires. Et pas seulement pour des raisons pacifistes. Cela rendait inutile le maintien d’une armée gigantesque et les commandes de quantités astronomiques d’armes conventionnelles. Lors d’exercices simulant l’utilisation d’armes nucléaires, tous les plans militaires s'effondraient et les demandes de nouvelles armes et d’allocations manquaient de crédibilité.

Avons-nous oublié cette leçon ? La reconstruction des forces conventionnelles, honteusement négligées depuis la fin des années 80, est nécessaire. De toute évidence, tout en menant des opérations militaires visant à repousser l’Occident et à dénazifier et démilitariser l’Ukraine, nous devons continuer à développer notre production militaire.

Il est également clair qu’il n’est pas possible, voire même pas nécessaire, de mettre fin rapidement à l’opération militaire spéciale. Il faut du temps pour achever de nationaliser l'élite, la débarrasser ainsi que les esprits des compradores occidentalo-centrés et occidentalisants de leur façon particulière de penser, et restructurer l'économie et le pays pour un développement réussi au milieu du tremblement de terre géopolitique et géo-économique qui en résultera, qui égalera probablement une ou deux décennies.

La poursuite de l’opération militaire est également nécessaire pour tenter de forcer l’Occident à reprendre ses esprits, à reculer et à retirer son soutien à la junte de Kiev, à accepter l'action de dénazifier et de démilitariser complètement l’entité étatique qui pourrait rester à l’intérieur des frontières ukrainiennes. Si l’Occident refuse, il nous faudra du temps pour convaincre notre société et nos partenaires internationaux de l’absence d’alternative à la dissuasion nucléaire active, voire à son recours.

Ce temps doit également être mis à profit pour convaincre tout le monde de la vérité qui est évidente pour moi : l'absence d'alternative au recours croissant à la dissuasion active pour éviter de sombrer dans une troisième guerre mondiale et pour enfin libérer les pays et les peuples des restes du « joug occidental ».

Même une défaite partielle ou un simple échec de la Russie contribuera à intensifier la position agressive de l’Occident. Nous devons rappeler comment il s’est déchaîné et a lancé une série d’actes d’agression après que la fonction de retenue de la dissuasion de l’Union soviétique/Russie ait échoué.

L'opération militaire spéciale a lancé le processus de transformation de la société en nation, de développement de sa nouvelle/ancienne identité et de renforcement des valeurs traditionnelles telles que le collectivisme ou l'unité nationale. Cela a également renforcé des caractéristiques merveilleuses de notre peuple telles que l’internationalisme, l’absence de racisme et l’ouverture culturelle. Les gens voient de première main comment des ressortissants russes de différentes origines ethniques — Russes russes, Tatars russes, Bouriates russes, Daghestanais russes, Tchétchènes russes, Yakoutes russes, etc. — se battent ensemble. Cela crée les bases du renouvellement des élites stagnantes avec de nouvelles élites qui ont prouvé leur dévouement à la Patrie, à savoir des guerriers et des volontaires civils qui aident le front.

Nous terminons notre voyage de plus de 300 ans vers l’Occident, qui a apporté de nombreux avantages mais qui a depuis longtemps perdu son utilité et est même devenu préjudiciable, compte tenu de la tendance à la décadence morale et à la stagnation économique en Occident. Le développement accéléré de l’industrie de défense a amorcé une nouvelle phase de renouvellement technologique. C’est la seule voie à suivre pour notre pays, historiquement construit autour de la défense. L’expérience occidentale, où une part importante des innovations provient du secteur civil, ne peut pas être reproduite en Russie.

Le retour tant attendu à une véritable méritocratie en tant que priorité nationale a commencé. Ce concept a été mis de côté, voire détruit, par l’échec des politiques et des philosophies qui sous-tendaient les réformes lancées à la fin des années 1980, lorsqu’il était ouvertement affirmé que « l’argent vainquait le mal ». Cette méritocratie inclut les ingénieurs, les militaires, les scientifiques (en particulier les spécialistes des sciences naturelles), les éducateurs, les travailleurs qualifiés, les médecins et les philanthropes d’affaires qui voient les affaires non seulement comme une voie vers l’enrichissement personnel, mais aussi comme un service rendu à la société et au pays.

Le processus de formation d’un nouveau type de responsables gouvernementaux a commencé, où le service proactif à la cause, au pays et à la plus haute autorité est primordial, et la richesse individuelle est secondaire. Ceci est renforcé par la lutte intensifiée contre la corruption, qui est particulièrement inacceptable en temps de guerre. Espérons que cela mènera également à une bataille contre la philosophie du consumérisme, en particulier contre la surconsommation flagrante. Exiger des responsables gouvernementaux qu’ils n'utilisent que des voitures de fabrication russe est une décision attendue depuis longtemps, mais mieux vaut tard que jamais.

Les Occidentaux et les experts qui adoptent leur point de vue, ainsi que tous ceux qui vivent encore au siècle dernier, ont tendance à se concentrer presque exclusivement sur la composante nucléaire lorsqu’il s’agit de course aux armements. Cependant, d’un point de vue sociétal, en termes de préservation des populations, de stabilité et de développement sociétal, une course aux armes non nucléaires pourrait s’avérer bien plus dangereuse. Une telle course se déroule dans le monde entier. À moyen terme, des conflits armés prolongés et une course aux armements conventionnels pourraient être moins avantageux pour un pays au potentiel économique et démographique relativement limité. Même si le temps joue actuellement en notre faveur, les États-Unis et leurs alliés disposent d’importantes réserves pour accroître leur production de défense. Si un conflit sans fin s’ensuit, le temps commencera à jouer contre nous.

En outre, il est essentiel de conserver nos meilleurs hommes, ceux qui se battent et sacrifient leurs vies pour la Patrie. Sinon, il n’y aura personne pour reconstituer la classe dirigeante et la force génétique de la nation s’affaiblira. Ceci est particulièrement important compte tenu des souffrances endurées par la Russie au cours du XXe siècle.

Supposer que l’Occident, compte tenu de sa crise profonde à plusieurs niveaux et de son système politique démocratique relativement plus vulnérable, sera le premier à faiblir dans une course aux armements n’est pas une bonne stratégie.

De plus, à long terme, une course aux armements conventionnels pourrait s’avérer plus favorable aux pays dotés d’un potentiel économique et démographique supérieur au nôtre. Cela renforce l’argument en faveur du renforcement du rôle de la dissuasion nucléaire dans la stratégie nationale et dans les relations internationales en général. De plus, une telle course détournerait non seulement notre pays mais l’humanité toute entière de la résolution des problèmes mondiaux tels que le changement climatique, les pénuries alimentaires et énergétiques et les inévitables nouvelles épidémies.

Pour rappel, rendre la victoire impossible dans une guerre conventionnelle et, par conséquent, bloquer une course aux armements non nucléaires figurait parmi les fonctions les plus critiques de la dissuasion nucléaire.

Dans le cas où les actions militaires se prolongent, même si nous remportons la victoire en Ukraine et restituons les territoires traditionnellement russes, achevons la dénazification et la démilitarisation des territoires ukrainiens restants et faisons en sorte que l'Occident se retire et cesse d'inciter à la guerre, cette victoire, comme je l'ai mentionné dans mon article précédent, pourrait s'avérer être à la Pyrrhus. Nous serions épuisés, affaiblis et incapables de défendre avec succès nos positions et nos intérêts à l’avenir, du moins dans un monde hautement compétitif. En outre, nous serions chargés de la tâche de restaurer non seulement les territoires traditionnellement russes mais aussi, au moins partiellement, les territoires démilitarisés et dénazifiés. Cela continuerait à nous détourner des régions les plus prometteuses de notre pays, comme l’Oural et la Sibérie, et à concentrer notre attention sur les régions occidentales sans avenir.

Nous avons gagné la dernière Grande Guerre patriotique au prix d’un coût et d’efforts énormes, mais nous n’avons pas pu capitaliser pleinement cette victoire et avons largement perdu la paix. Il est désormais essentiel de gagner à la fois la guerre et la paix.

Menaces principales

Pointons maintenant notre attention vers le défi principal. La crise qui entoure l’Ukraine est le symptôme d’une maladie bien plus dangereuse qui frappe le système mondial. Depuis de nombreuses années déjà, j’écris sur la menace croissante de la troisième — et peut-être la dernière pour la civilisation humaine — guerre mondiale. La menace s’accroît même sans la crise ukrainienne, qui l’a aggravée et rapprochée.

Les principales sources de cette menace résident dans la crise morale, politique, intellectuelle, sociale et économique à plusieurs niveaux qui frappe la majeure partie de l’Occident collectif, qui a imposé ses intérêts et ses règles au monde au cours des cinq derniers siècles.

Un réalignement massif de la puissance mondiale, d’une intensité et d’une rapidité sans précédent, est en cours. L’Occident est engagé dans une bataille finale désespérée pour préserver sa domination qui lui a permis d’exploiter le reste de l’humanité et de supprimer d’autres civilisations.

Un changement sismique est en train de se produire dans la géopolitique, la géostratégie et la géoéconomie mondiales, et il prend de l’ampleur. De nouveaux continents se lèvent et les problèmes mondiaux s’aggravent.

Les troubles continueront pendant longtemps, si et quand il sera possible d’arrêter la résistance agressive de l’Occident et de lui faire commencer à s’attaquer à ses problèmes intérieurs sans recourir à l’agression extérieure pour faire diversion.

L’émergence de nouvelles sources de frictions et de conflits est inévitable. Nous devons d’ores et déjà ériger une barrière psychologo-politique pour empêcher qu’ils ne dégénèrent en conflits militaires, et rétablir la peur d’une guerre nucléaire qui a sauvé le monde pendant la guerre froide. La structure de rivalité dans un monde multipolaire, qui sera également un monde nucléaire multipolaire, sera bien plus complexe. Nous devons intégrer des mécanismes de sécurité dans ces systèmes, le principal étant la peur d’un Armageddon nucléaire, qui peut dissuader et civiliser les élites.

Sans le vouloir, nous laissons la situation mondiale se détériorer dans la pire direction possible. En Ukraine, nous avons finalement tenu tête aux États-Unis et à l’Occident, mais nous leur avons jusqu’à présent laissé prendre l’initiative en matière d’escalade. Ils élargissent et approfondissent continuellement leur agression en fournissant des armes de plus en plus meurtrières et à portée de plus en plus longue. Nous leur permettons de se convaincre que l’escalade peut rester impunie. Ce sont eux les agresseurs, mais sans leur imposer de limites fermes, nous les laissons faire.

Pendant un quart de siècle, soit par impuissance, soit par espoir illusoire de parvenir à un accord, nous n’avons pas fixé de limites fermes à l’expansion de l’OTAN, ce qui a inévitablement conduit à la guerre. Je le répétais durant toutes ces années. Je ne veux pas voir mes prédictions se réaliser cette fois-ci.

La situation est encore aggravée par la dégradation évidente des élites occidentales. Même Henry Kissinger, incarnation vivante de cette élite et patriote américain, a reconnu cette dégradation et a tiré la sonnette d'alarme dans son dernier ouvrage « Sur le leadership »[4].

Je l'ai dit dans mon article précédent et je le répète : la situation ne fera qu’empirer dans un avenir prévisible. Chaque nouvel appel des dirigeants occidentaux est plus insensé, imprudent et idéologiquement chargé que le précédent, ce qui le rend plus dangereux pour le monde. Ils alimentent consciemment la désintégration de leurs sociétés en promouvant des valeurs anti-humaines. Toute reprise, si elle se produit, sera probablement au-delà de l’horizon et ne se concrétisera probablement qu’après une catharsis.

Je ne vois aucune possibilité d’éveiller un sentiment d’auto-préservation en Occident et au sein des élites mondiales autrement que par une escalade de la menace nucléaire, sans avoir, espérons-le, à aller jusqu’au bout dans la réalité. Cependant, l’adversaire doit être conscient de l’engagement indéfectible de nos dirigeants et de notre société à prendre cette mesure en cas d’absolue nécessité. Nous devons restaurer la croyance en l’enfer pour ceux qui l’ont perdue. Le réveil des élites et des sociétés occidentales de leur état actuel profiterait à la majorité de ses citoyens qui sont abrutis, corrompus et finalement poussés au massacre par les élites mondialistes transnationales affolées par leurs échecs.

J’ai déjà mentionné que, politiquement, l’Occident évolue progressivement vers une nouvelle forme de fascisme et peut-être même vers une forme « libérale » de totalitarisme. Soit dit en passant, l’Occident a été la source de deux idéologies totalitaires : le nazisme allemand, brutalement inhumain, et le communisme plus humain qui proclamait l’égalité pour tous mais qui a coûté cher à notre nation et à plusieurs autres. Tous les rêves européens (occidentaux) sont des utopies, et ces sociétés idéales étaient, en fait, de nature totalitaire.[5]

Objectivement, la crise systémique apparue en 2008 pousse le monde vers une grande guerre. Elle afflige le capitalisme mondialiste moderne, dépourvu de fondements moraux et fondé sur une croissance incessante de la consommation qui détruit la planète. L'épuisement de nombreuses ressources qui en résulte, la pollution de l'environnement, le changement climatique, l'inégalité sociale croissante et l'érosion de la classe moyenne, ainsi que le dysfonctionnement croissant des systèmes politiques dans les pays développés sont largement discutés, mais très peu de choses sont faites ou peuvent être faites, car elles sont confinées par les dogmes du libéralisme démocratique et du mondialisme. Les tensions montent sous nos yeux. Il devient de plus en plus difficile de détourner l’attention des défis insolubles en utilisant une pandémie de COVID ou en semant l’hostilité envers les étrangers (en accusant de tout les Russes « autoritaires » ou les Chinois « totalitaires »), ou en alimentant des conflits essentiellement régionaux (Ukraine). Les abcès arrivent à leur paroxysme.

Le danger d’une guerre majeure est exacerbé par le développement de technologies militaires et de systèmes plus meurtriers, de plus en plus contrôlés par l’intelligence artificielle. C’est une bonne chose que nous ayons progressé dans la technologie hypersonique et nous devons continuer à travailler. Mais bientôt, d’autres rattraperont leur retard et de nombreux pays, y compris les pays nucléaires, auront la capacité de lancer des frappes quasi instantanées. La nervosité, la probabilité d'erreurs et la suspicion vont s'intensifier.

Une nouvelle révolution dans le domaine militaire a commencé. Il suffit de regarder la production de masse de drones relativement bon marché. Il y a à peine cinq ans, en 2018, une attaque de drone contre des installations pétrolières en Arabie Saoudite paraissait exotique. Maintenant, c’est monnaie courante. Par ailleurs, les drones sont presque parfaitement adaptés aux attaques terroristes, même celles impliquant des armes de destruction massive qui, dans un contexte de méfiance généralisée, voire de haine, pourraient facilement déclencher une grande guerre.

La diabolisation mutuelle — que nous utilisons comme réponse du tac au tac — abaisse les barrières morales qui entravent le recours à la force. Aujourd’hui encore, pour combattre les Russes détestés, des centaines de milliers d’Ukrainiens sont envoyés dans leurs cimetières. De toute évidence, beaucoup d’autres meurent à cause de l’effondrement des infrastructures et des soins de santé. Ces victimes sont soit complètement oubliées, soit délibérément minimisées. De toute évidence, l’attitude envers les Russes diabolisés est encore pire. La russophobie a atteint des proportions presque sans précédent, peut-être comparables à la façon dont les nazis considéraient les Slaves et les Juifs. En effet, ce que nous ressentons aujourd’hui non seulement envers les dirigeants mais aussi envers les habitants des pays occidentaux est, à tout le moins, du mépris.

Une atmosphère d’avant-guerre se forme rapidement, tant moralement que psychologiquement. Nous ne voyons plus de gens normaux. Ou bien nous voyons ceux qui ont été trompés. Mais ils ne nous considèrent certainement pas comme normaux.

Les technologies de l’information modernes et Internet ont conduit non pas tant à l’essor de l'éducation de masse, comme on l’espérait, qu’à une multiplication des possibilités de manipulation et, selon toute vraisemblance, à une dégradation intellectuelle généralisée. Cela est particulièrement vrai pour des élites publiques, que l’on peut observer.

Le résultat global est un niveau de méfiance et de suspicion presque sans précédent parmi les grandes puissances qui sont récemment devenues des rivales déclarées. Cela se produit dans le contexte d’un système de dialogue brisé et de l’effondrement du système de contrôle des armements, qui, même s’il n’a pas toujours été utile et parfois même nuisible dans le passé, a au moins fourni des canaux de communication entre les principales puissances militaires.

Je le répète, l’évolution la plus évidente est la redistribution rapide et sans précédent du pouvoir mondial de l’Occident vers la Majorité mondiale, la Russie ayant été désignée par l’Histoire comme son noyau militaire et politique.

L’humanité est confrontée à un défi existentiel : empêcher la catastrophe inexorable de la Troisième Guerre mondiale au cours des dix prochaines années, en forçant l’Occident, en premier lieu les États-Unis, à prendre du recul et à s’adapter à la nouvelle réalité. Pour y parvenir, nous devons contraindre leur État profond à rafraîchir, autant que possible, les élites dirigeantes, dont l’élan idéologique, l’irresponsabilité, l’attachement à une ère de démocratie mondialiste-libérale est objectivement en voie de disparition et, surtout, , dont la faible qualité ne répond pas aux défis auxquels l'humanité est aujourd'hui confrontée. La chute de l’Occident pourrait entraîner tout le monde dans sa chute, y compris son État profond.

La grande Chine naissante ne semble pas encore prête à relever ce défi. Ils ont relativement peu d’expérience en diplomatie mondiale, y compris en diplomatie de puissance militaire. Alors on se demande : « Qui, sinon nous » ?

Il semble que prévenir un désastre mondial et libérer les pays et les peuples de l’hégémonie et des hégémons, défendre la souveraineté de l’État et l’être humain et divin en chaque personne est la mission de notre peuple multiethnique dans l’histoire du monde moderne. C'est la composante externe de notre programme culturel national et étatique, l'« idée-rêve russe » que nous cherchons encore ou que nous craignons de formuler pour nous-mêmes et pour le monde.

Si nous parvenons à éviter un désastre mondial, dans deux décennies le monde établira un nouvel équilibre des pouvoirs et un système international beaucoup plus juste, multicolore et multiculturel. Dans le cas contraire, nous pourrions non seulement sombrer dans l’épuisement à cause de la confrontation avec l’Occident sur les champs de bataille d’Ukraine, mais aussi nous retrouver, ainsi que tous les autres, dans une guerre mondiale.

Cependant, même dans un monde potentiellement plus juste, il sera nécessaire de renforcer le « dispositif protecteur », le recours à la dissuasion nucléaire. De nouveaux géants entreront en scène, et ils se lanceront inévitablement dans une compétition. L’intensification du facteur nucléaire et la terreur qu’il suscite sont nécessaires pour éviter que l’inévitable rivalité ne dégénère en hostilités. Par conséquent, si des armes nucléaires devaient être utilisées (à Dieu ne plaise), la frappe devrait être d’une proportion suffisamment importante. C’est pourquoi j’ai évoqué « l’usage massif » dans mon précédent article.

Si les armes nucléaires étaient utilisées à petite échelle, avec une puissance de quelques kilotonnes, elles pourraient potentiellement nous faire gagner une guerre, mais détruiraient l'horreur qui a préservé une paix relative pendant trois quarts de siècle. Les armes nucléaires deviendraient « utilisables ». Je suis conscient que je partage la crainte de certains collègues occidentaux de voir les échanges nucléaires entre l’Inde et le Pakistan limités dans ce contexte. Le monde ne s’effondrerait pas, mais la peur sacro-sainte des armes nucléaires disparaîtrait. La peur serait rétablie si elle était utilisée en Europe, car elle joue toujours un rôle clé dans l'agenda médiatique mondial. Mais, je le répète, Dieu nous préserve que cela se produise.

Étapes pratiques à considérer

Je ne vois pas d’autre moyen d’empêcher une guerre mondiale et, avant cela, une opération militaire devenant épuisante et coûteuse en Ukraine, si ce n’est en s’appuyant davantage sur le confinement, la dissuasion et le réveil nucléaires. Cela peut inclure non seulement des menaces de représailles contre les territoires des alliés des États-Unis, mais aussi, si nécessaire, contre les bases américaines (nous n’avons quasiment aucune base à l’étranger). Les faucons de Washington et la société américaine doivent comprendre que les représailles pour leur politique imprudente et agressive sont inévitables. Pour y parvenir, il est nécessaire, premièrement, d'abaisser rapidement le seuil d'utilisation des armes nucléaires dans notre doctrine, qui a été allègrement, voire irresponsablement relevé, et deuxièmement, de gravir, prudemment mais résolument, l'échelle de la dissuasion-escalade, en convainquant à la fois nous-mêmes et l'adversaire de notre volonté — si cela ne fonctionne pas et si l'Occident ne recule pas ou ne révise pas sa politique — de recourir à l'utilisation de quelques armes nucléaires contre plusieurs pays d'Europe qui sont les plus agressivement impliqués dans le soutien de la junte de Kiev. Je le répète, il s’agit d’un choix moral terrible, et je prie Dieu pour que nous n’ayons pas à le faire. Mais l’alternative est désespérément pire.

Une avancée appropriée, bien que tardive, dans cette direction serait de révéler enfin l’OTAN telle qu’elle est réellement. Née pour réprimer les dissidents — alors communistes, la seule force qui a riposté en Europe après sa capitulation face à Hitler et qui avait de grandes chances d'accéder au pouvoir dans certains pays grâce à l'autorité qu'elle avait acquise — l'OTAN est devenue une alliance militaire, grâce à Kim Ir-Sung, qui a déclenché la guerre de Corée, et Joseph Staline, qui a approuvé cette décision. Avant cela, l’OTAN n’avait ni commandement militaire, ni doctrine, ni forces armées. Jusqu’en 1999, il s’agissait encore d’une alliance défensive qui prospérait en semant l’inimitié. Dans les années 1990, il sentait qu’il pouvait tout faire et s’est détraqué, commettant le viol collectif militaire et politique de ce qui restait de la Yougoslavie. En absorbant les Européens de l’Est avec leurs complexes d’infériorité historiques, elle est devenue encore plus belliqueuse. En 2002, la grande majorité de ses membres ont commis un acte d’agression non provoqué contre l’Irak, tuant près d’un million de personnes et semant le chaos dans une vaste région. En 2011, il y a eu l’agression contre la Libye, qui a détruit ce pays et porté atteinte à la stabilité du Sahel. Ensuite, le bloc a utilisé sa chair à canon ukrainienne pour mener une guerre contre la Russie. Pour une raison quelconque, nous ne mentionnons jamais que l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord est un bluff et ne prévoit aucune garantie automatique. En étudiant les documents, j’ai été étonné de lire comment les sénateurs américains de la fin des années 1940 ont insisté, avec succès, sur le fait qu’il n’y avait pas de garanties automatiques. En rejoignant l’OTAN, ses pays membres ont rejoint une organisation criminelle qui a commis une série d’agressions, la rendant moralement illégitime, et sont également devenus des cibles privilégiées d’une frappe nucléaire. Si nous avions commencé à en parler plus tôt, les cercles dirigeants de Finlande ou de Suède auraient réfléchi à deux fois avant de franchir une étape potentiellement suicidaire. Le renforcement du recours aux armes nucléaires devrait renforcer la fonction défaillante de la dissuasion et contribuer à éliminer les aventuriers écervelés des cercles décisionnels des pays nucléaires.

Grimper sur l’échelle de la dissuasion et de l’escalade déclenchera un tollé de propagande. On l’entend déjà haut et fort. Mais ce mouvement va modifier l’équilibre des pouvoirs, y compris pour d’éventuelles négociations.

Les Occidentaux vont bientôt proposer et même essayer d’imposer un cessez-le-feu pour gagner du temps et fournir une couverture politique au réarmement des fantoches de Kiev, en augmentant la production de défense et en continuant à épuiser la Russie. Des négociations devront probablement avoir lieu. Je ne suis pas sûr de nos capacités militaires et économiques réelles, mais je peux supposer qu’il faudra peut-être également conclure des cessez-le-feu. Dans le même temps, il est clair que cette guerre, comme la guerre mondiale imminente, ne peut être stoppée ou évitée qu’en imposant un retrait stratégique à l’Occident. Cela devrait être aussi digne que possible. Une retraite humiliante peut engendrer du revanchisme.

Ils proposeront des pourparlers pour discuter des limitations des armements comme couverture de leurs politiques et comme moyen de légitimer les programmes de réarmement. Une claque internationale de défenseurs professionnels du désarmement, nostalgiques du travail important qu’ils ont accompli pendant la guerre froide, sera favorable à ces pourparlers. Les négociations ont été d’une utilité, au mieux, limitée dans le passé, et elles sont désormais totalement dénuées de sens, voire nuisibles, si nous visons à obtenir des résultats concrets. L’arsenal d’armes existant et futur exclut essentiellement la possibilité de parvenir à des accords significatifs : on ne sait pas exactement quoi échanger contre quoi. Et la guerre de l’information qui les entoure, dans un contexte de domination médiatique occidentale dans ce domaine, pourrait légitimer les programmes occidentaux de réarmement ou nous dénigrer. Cependant, à moyen terme et dans le cadre des efforts visant à parvenir à un nouvel équilibre, si l'Occident comprend le caractère suicidaire de sa politique actuelle (qui conduit soit à une défaite humiliante sur le champ de bataille pour lui et ses marionnettes, soit, à Dieu ne plaise, à une frappe nucléaire et à la destruction de l’Europe) et commence à développer un nouveau modus operandi, les pourparlers sur le « désarmement » peuvent être utiles pour échanger des informations et reconstruire l’habitude perdue du dialogue et de la coopération.

Pour l'instant, d'ici un an ou deux, nous devrions nous concentrer sur une stratégie offensive en Ukraine (aucune guerre n'a jamais été gagnée par des opérations défensives), un travail acharné à l'intérieur du pays pour renouveler et moderniser la mentalité des élites, un reformatage accéléré de l'économie, en nous imposant des valeurs nouvelles/anciennes, en déplaçant le centre de croissance vers l'Oural et la Sibérie, en renforçant le pays et en transformant la société en une nation. Comme je l’ai mentionné plus tôt, l’opération militaire spéciale contribue à tout cela. Mais nous ne pouvons pas permettre une guerre interminable et épuisante, avec des pertes importantes de notre côté, ou une fatigue de guerre.

Notre travail interne devrait également contribuer à renforcer la dissuasion et à prévenir une catastrophe mondiale. La population doit être consciente des véritables défis et être prête à soutenir le gouvernement s’il est contraint de prendre des mesures extrêmes. À elle seule, cette préparation renforcera la crédibilité de la dissuasion nucléaire et constituera un puissant facteur de prévention d’une guerre nucléaire et, plus important encore, d’une guerre mondiale.

Je ne m’étendrai pas trop sur la description de l’échelle de dissuasion et d’escalade. C'est un sujet délicat. J'ai déjà suggéré quelques mesures allant dans ce sens. Une autre étape largement évoquée dans la presse et dans les coulisses consiste à réaliser une démonstration d’explosion nucléaire. Avant cela, nous nous retirerions du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT) que les États-Unis n’ont pas ratifié. Je ne suis pas sûr de la sagesse de la récente déclaration de notre ministère des Affaires étrangères selon laquelle nous nous abstiendrons de reprendre les tests si les États-Unis faisaient de même. Cela suggère une rechute dans une posture défensive qui n’a servi à rien et qui nous liait les mains. Mais ce qui compte le plus, ce sont les efforts correspondants, qui ne sont pas discutés mais qui constituent généralement les mesures concrètes les plus convaincantes dans le domaine militaro-technique. Compte tenu de la qualité épouvantablement basse de la direction américaine, nous devons activer les systèmes d’alerte précoce et augmenter visiblement le niveau de préparation de nos forces de dissuasion stratégique.

Discuter de scénarios spécifiques d’utilisation d’armes nucléaires est clairement au-dessus de mon salaire, puisque je ne connais même pas nos capacités ni celles de nos adversaires, y compris potentielles. Cependant, la voie à suivre est claire. Si le soutien militaire massif à Kiev se poursuit, après les signaux d’alarme, il y aura une réponse du tac au tac impliquant l’utilisation préventive et devançante d’armes nucléaires contre des cibles dans plusieurs pays européens. Bien entendu, parallèlement à ces menaces, nous devrions également proposer une issue sans honte ni escalade. Nous devons faire tout ce qui est possible et raisonnable pour ne pas utiliser « l’arme de Dieu », même contre ceux qui méprisent si effrontément les Dix Commandements, la moralité humaine ordinaire et le bon sens. Espérons qu’Il leur rendra la raison. Mais comme on dit : « faites confiance à Dieu, mais gardez votre poudre sèche ». Nous sommes confrontés à un défi inhabituel. Devons-nous continuer à laisser les armes nucléaires hors de la table, mais plutôt échanger des coups de feu et des protestations ? Bien entendu, il ne faut pas réagir de manière impulsive.

Un seuil nucléaire élevé ouvre la voie à l’utilisation de cyberarmes, ainsi que de nouveaux types d’armes biologiques et génétiques, dont la livraison est devenue plus abordable et plus accessible. Comme nous le savons désormais, après que des dizaines de laboratoires biologiques américains ont été dévoilés, les États-Unis se préparent clairement à de telles guerres. L’adversaire doit savoir que ses actions agressives se traduiront par une frappe dévastatrice, voire disproportionnée.

En termes théoriques, cela s’appelle une ambiguïté stratégique positive, qui renforce la dissuasion et contribue à prévenir non seulement la guerre nucléaire mais la guerre en général.

En élevant à un niveau inacceptable le seuil d’utilisation des armes nucléaires, nous avons non seulement ouvert la voie à de vastes guerres non nucléaires et à davantage de morts massives, mais nous avons également partiellement annulé notre immense investissement dans notre capacité nucléaire. En avons-nous vraiment besoin uniquement pour empêcher une improbable frappe nucléaire massive sur notre territoire ? Ne commettons-nous pas un grave péché contre les générations précédentes de nos compatriotes qui ont vécu dans la pauvreté et la famine et sont morts des suites des radiations dans les usines d'enrichissement d'uranium afin de créer un bouclier nucléaire pour la Patrie ? Mais un tel bouclier n’a aucun sens si nous ne disposons pas de l’épée et si nous ne sommes pas prêts à l’utiliser pour sauver notre peuple et l’humanité d’une calamité mondiale.

Face à l’émergence d’une concurrence féroce entre les grandes puissances et à l’estompage des frontières — des deux côtés — entre les armes conventionnelles et les armes de destruction massive, en particulier les armes nucléaires, l’objectif premier ne sera pas seulement d’empêcher une guerre nucléaire mais la guerre en général, en particulier entre les grandes puissances. grandes puissances nucléaires, dont le nombre continuera de croître au fil du temps.[6]

Si, comme le bluffent certains experts occidentaux de haut rang (et leurs arguments sont repris par nos experts), les États-Unis et l’Occident attaquent les forces armées russes avec des moyens non nucléaires « en représailles » à notre utilisation préventive de l’arme nucléaire, l’adversaire doit être averti en privé par les canaux militaro-techniques correspondants et publiquement qu'une deuxième vague de frappes nucléaires contre les pays européens suivra. Si, comme le pensent certains de nos experts, les Américains peuvent oublier et sacrifier leurs alliés et poursuivre leur agression, alors Washington doit être averti que des frappes nucléaires s’ensuivront contre les bases américaines en Europe, entraînant la mort de dizaines de milliers de militaires américains. Les Américains, qui ont déployé leurs bases dans le monde entier, sont deux fois plus vulnérables que nous à cet égard. Et ils doivent comprendre que nous en sommes conscients. De telles frappes devraient, officiellement ou officieusement, faire partie de notre doctrine de réveil de la dissuasion nucléaire pour faire face à des ennemis qui perdent la tête. Laissons les élites européennes qui ont entraîné leurs pays dans l’OTAN et permis qu’elle se dégrade jusqu’à devenir un agresseur pur et simple, répondre à leurs peuples. Espérons que ce dernier se réveille.

Si des frappes, n'importe lesquelles, sont assenées sur notre territoire ou sur le territoire de la République de Biélorussie, les Américains et leurs alliés doivent être conscients du fait que, bien entendu, des frappes de représailles limitées suivront sur le territoire des États-Unis et des pays qui ont osé attaquer. Mais, comme je l'ai dit à plusieurs reprises, y compris dans l'article précédent, seul un fou assis à la Maison Blanche qui déteste son propre pays, ainsi qu'un militaire prêt à exécuter un tel ordre (ce qui signifie qu'ils détestent aussi leur patrie), risquerait de condamner des Philadelphie, des Boston ou des Los Angeles au feu nucléaire pour confirmer le bluff des « garanties de sécurité » pour des Poznan, des Klaipeda, des Francfort ou des Bucarest. J'espère qu'il n'y a toujours pas de fous à Paris et à Londres. Mais que veulent dire leurs experts lorsqu’ils menacent d’une frappe massive sur les forces armées russes ?

Cependant, compte tenu de la trajectoire d’évolution des élites occidentales, nous pourrions éventuellement voir de tels fous aux commandes. Cette trajectoire doit être stoppée rapidement avant qu’il ne soit trop tard et que l’humanité ne sombre dans une Troisième Guerre mondiale.

Monter l’échelle d’escalade pour arrêter un incendie sur le point de se déclarer et éviter qu’il ne se transforme en catastrophe mondiale peut être comparé à la création de coupe-feu, et s'ils ne parviennent pas à arrêter le feu, il peut être nécessaire d'allumer un contre-feu. Cette métaphore est particulièrement appropriée à l’heure où les incendies de forêt font rage partout sur la planète, en partie à cause des dégâts causés par un capitalisme moderne irresponsable et bestial, basé sur la croissance illimitée de la consommation.

Naturellement, parallèlement à l’augmentation de la crédibilité de la dissuasion nucléaire et à des mesures strictes visant à renforcer la sécurité, une alternative pacifique devrait être proposée. Proposer aux États-Unis une solution digne à la question ukrainienne. Toutefois, cette solution doit pleinement correspondre à nos intérêts. Il ne devrait plus y avoir d’entités étatiques hostiles à l’intérieur des frontières de l’Ukraine actuelle. Sinon, des rechutes des hostilités surgiront inévitablement et une question controversée se posera : pour quoi avons-nous combattu et pour quoi nos camarades sont-ils morts ?

Nous devons enfin présenter et promouvoir l'idée-rêve russe attrayante pour nous-mêmes et pour le monde et déployer de réels efforts pour construire une Grande Eurasie, qui aura une place pour de nombreux pays européens si et quand ils se réveilleront de l’utopie ou de la dystopie « libérale-démocrate » mondialiste qui les a conduits dans une impasse. L’expansion des BRICS+ devrait devenir la base de la modernisation des Nations Unies. Nous n’avons pas encore lancé le projet de plus en plus urgent de développer une alternative au capitalisme occidental mondialiste moderne, dépourvu de fondements moraux et basé sur le culte de la consommation sans limites, qui détruit l’humanité et la nature. Il existe de nombreuses tâches pacifiques urgentes et édifiantes. Nous devons commencer à réfléchir ensemble aux moyens de parvenir à un nouvel équilibre stable des pouvoirs et à un futur ordre international libre, multicolore et multiculturel pour chaque pays et chaque peuple. Mais il y a une tâche encore plus urgente qui consiste à utiliser des mesures sévères, y compris les mesures proposées et sous-entendues dans cet article et les précédents, pour garantir que cet avenir se réalise et que le monde ne sombre pas dans une guerre totale.

Dans un pas ou deux, s’ils reprennent leurs esprits, nous serons en mesure de parler d’un ordre international mutuellement bénéfique qui inclut l’Occident et ne soit pas dirigé contre lui. En attendant, je prie pour que nos adversaires reprennent raison et que nous, avec les pays et les peuples de la Majorité mondiale, arrêtions le glissement vers la Troisième Guerre mondiale.

LES RÉFÉRENCES

[1] Voir l'article et les publications connexes sur mon site Web : www.karaganov.ru. (SIC) Je suis reconnaissant envers mes collègues qui ont participé aux discussions sur les premières versions de cet article et m'ont aidé de nombreuses manières à le clarifier et renforcer.

[2] “The only existential threat humanity faces even more frightening than a — than a nuclear war is global warming going above 1.5 degrees in the next 20—10 years… There’s no way back from that”. (“Remarks by President Biden in a Press Conference” The White House, 10 September 2023, https://www.whitehouse.gov/briefing-roo ... ference-2/)

[3] Schmemann S. Something Is Missing From Americans’ Greatest Fears. It’s the Bomb. // The New York Times. March 13. 2023. URL: https://www.nytimes.com/2023/03/13/opin ... apons.html.

[4] Kissinger H. Leadership: Six Studies in World Strategy. United Kingdom: Penguin Books Limited. 2022. PP. 195-409.

[5] L'éminent sinologue médiéval russe, philosophe politique et écrivain de science-fiction V. M. Rybakov a écrit avec brio à ce sujet : Рыбаков В. Резьба по идеалу: эссе. СПб., 2018. 544 с. Surtout с. 249–287..

[6] Sur une nouvelle compréhension de la stabilité stratégique en tant que « stabilité stratégique internationale » visant à prévenir toute guerre, et pas seulement la guerre nucléaire : С. А. Караганов, Д. В. Суслов. Новое понимание и пути укрепления многосторонней стратегической стабильности: доклад. М.: ВШЭ, 2019. 55 с. URL: https://globalaffairs.ru/wp-content/upl ... ilnost.pdf

Source en russe
Traduit en français par Valerik
Répondre

Revenir à « Discours et interventions des autres gens politiques »