Déclaration de R.V. Mirochnik, ambassadeur itinérant du MAE russien sur les crimes du régime de Kiev, 21.11.2023

Valerik
Администратор
Messages : 82
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Déclaration de R.V. Mirochnik, ambassadeur itinérant du MAE russien sur les crimes du régime de Kiev, 21.11.2023

Message par Valerik »

Déclaration de Rodion Valérievitch Mirochnik, ambassadeur itinérant du MAE russien sur les crimes du régime de Kiev, lors d'un point de presse le 21 novembre 2023

Le poste d'ambassadeur itinérant pour les crimes du régime de Kiev a été créé sur ordre du ministre des Affaires étrangères de la Russie afin de prendre des mesures visant à collecter et à présenter des données qui constitueront la base des preuves des crimes les plus graves en vue de la poursuite ultérieure des dirigeants, des auteurs et des organisateurs des crimes commis par le régime de Kiev et ses protecteurs.

Mon poste implique de travailler en coopération avec les autorités chargées de l'application de la loi, les services d'enquête, l'armée et d'autres autorités fédérales et régionales de la Fédération de Russie afin d'atteindre l'objectif de concrétiser le principe de l'inévitabilité du châtiment pour les responsables des crimes du régime de Kiev.

Conditions préalables aux événements

Quelques mots sur la date d'aujourd'hui, le 21 novembre 2023 : dix ans exactement ont passé après la fin de la période d'existence pacifique de l'Ukraine et du peuple ukrainien.

Les rassemblements du Maïdan ont entraîné la paralysie du pouvoir, ont créé les conditions et le contexte nécessaires à la destitution inconstitutionnelle du président légitimement élu Viktor Ianoukovitch et au coup d'État violent.

Le Maïdan a été le déclencheur des processus qui ont plongé le pays dans une décennie de dégradation et d'effusion de sang.

Le Maïdan a permis l'arrivée au pouvoir d'un président par intérim illégitime, qui avait décrété l'Opération antiterroriste et envoyé l'armée et des bandes de radicaux massacrer les habitants du Donbass, qui s'étaient opposés à ce coup d'État.

Le Maïdan a permis l'annonce et la tenue d'élections présidentielles illégitimes auxquelles des millions d'habitants du sud-est de l'Ukraine n'ont plus participé.

Le Maïdan a ouvert une boîte de Pandore d'où ont jailli des actes de persécution des opposants politiques et d'humiliation de la dignité humaine sous des formes plus laides les unes que les autres : lustration "en ordures", flagellation sur les places, dispersion sanglante des manifestations de dissidents, saisie des églises, interdiction de la langue maternelle, démolition massive de monuments et profanation de tombes. Autant de choses qui, avant Maïdan, n'auraient même pas pu effleurer l'esprit d'une personne civilisée digne de ce nom.

Le Maidan a lancé le processus de dégradation totale de la démocratie, de la culture politique, de la protection des droits de l'homme et de la dignité.

Le Maïdan, appelé « Révolution de la liberté et de la dignité », a conduit l'Ukraine à la perte totale de la liberté et de la dignité, à la dépendance coloniale et à la dictature militaire contrôlée de l'extérieur.

Dans ma déclaration d'aujourd'hui, je me concentrerai uniquement sur certains événements qui devraient être bien connus et compris par la communauté internationale. Ils s'inscrivent dans la période qui a suivi l'escalade du conflit, qui a mis fin à la mise en œuvre des accords de Minsk précédemment signés et des mesures inscrites dans la résolution 2202 du Conseil de sécurité des Nations unies du 17 février 2015.

Nous partons du fait que le 17 février 2022, la partie ukrainienne, ouvertement soutenue et approvisionnée par les pays occidentaux, a tenté de vaincre militairement les républiques du Donbass, la RPD et la RPL, utilisant toute la force de son groupe militaire de 150 000 hommes concentré le long de la ligne de contact.

À ce moment-là, le gouvernement ukrainien, en violation flagrante des termes fondamentaux des accords de Minsk et des accords adoptés dans le cadre du processus de Minsk, a tenté de procéder à un nettoyage sanglant de la population récalcitrante de 4 millions de personnes du Donbass avec des forces nettement supérieures de ses formations armées. Au cours de la semaine du 17 au 24 février, selon des données confirmées par le SMM de l'OSCE et le JCCC, les militants ukrainiens ont tiré jusqu'à 1 500 obus par jour sur le territoire des deux républiques. En fait, il ne s'agissait que d'une préparation d'artillerie avant le début de la phase active de l'opération militaire d'infanterie.

Nous sommes convaincus que si la Russie n'avait pas reconnu les républiques du Donbass le 21 février 2022, si elle n'avait pas signé d'Accords d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle avec la LNR et la DNR et n'avait pas lancé l'Opération militaire spéciale de sauvetage, les habitants du Donbass auraient subi le même sort que les victimes dont nous sommes aujourd'hui témoins au Moyen-Orient. Cependant, les nazis ukrainiens ont leurs propres exemples historiques de massacres et de tortures, tels que l'holocauste de Lviv ou le massacre de Volyn pendant la Seconde Guerre mondiale, auxquels ils ont soumis des civils pour des raisons politiques ou nationalistes.

Les données que nous avons recueillies et résumées nous permettent de tirer un certain nombre de conclusions caractérisant les actes du régime de Kiev et de ses formations armées contre la population civile et la conformité avec les principes universellement reconnus du droit international humanitaire.

Nous soulignons que les faits que nous avons recueillis nous permettent d'affirmer que le bombardement de la population civile et des institutions et infrastructures civiles dans les régions russes a été et est mené délibérément, à dessein et en pleine conscience des conséquences sanglantes.

Nous notons de nombreux faits de frappes injustifiées par les forces armées ukrainiennes (FAU) contre des installations médicales, des ambulances et du personnel médical individuel, dont le but est d'augmenter le nombre de victimes parmi la population civile et de priver les gens de la possibilité de recevoir des soins médicaux d'urgence.

Nous sommes convaincus que le régime de Kiev tente consciemment, délibérément et systématiquement de priver des dizaines de milliers d'enfants et d'adolescents de la possibilité de recevoir une éducation, en les forçant à passer des mois, voire des années, dans des abris et des sous-sols, en les soumettant à des bombardements massifs de villes et de quartiers résidentiels, et en réalisant le souhait de l'ancien président de l'Ukraine, Petro Porochenko, de pousser les enfants du Donbass dans des sous-sols.

Nous avons de bonnes raisons d'affirmer que le régime de Kiev utilise consciemment et délibérément le pilonnage et le bombardement d'entreprises et d'infrastructures technologiquement dangereuses pour créer des conditions de vie insupportables pour la population locale pour les décennies à venir, causant des dommages irréparables à l'environnement dans les zones où des opérations militaires, des actes terroristes et des sabotages sont menés.

Les données de ces derniers mois confirment que des formations armées ukrainiennes et des mercenaires étrangers mènent des attaques ciblées contre des institutions sociales sur le territoire russe, en choisissant les moments où les civils y sont le plus concentrés. Pour ce faire, ils utilisent des armes de longue portée et de haute précision fournies par les pays occidentaux.

Les formations armées ukrainiennes recourent systématiquement au pilonnage aveugle, à l'utilisation d'armes explosives à effet aveugle et à des méthodes d'utilisation terroristes. Les FAU utilisent des armes à longue portée avec une large zone d'abattage et des bombes à sous-munitions pour frapper des objets civils et pratiquent des bombardements répétés alors que les secouristes et le personnel médical qui sont arrivés pour apporter de l'aide et secourir les victimes sont déjà attaqués.

Dans la pratique quotidienne des FAU au cours des dernières semaines, nous avons constaté une "chasse" massive à l'aide de drones d'attaque pour les civils et les transports civils. Lorsque les opérateurs de drones peuvent voir exactement qui ils visent et comment ils effectuent leurs frappes ciblées.

Toutes ces conclusions sont basées sur de nombreuses confirmations, dont certaines sont prêtes à être citées comme preuves.

BLOC "HÔPITALS"
[...]
L'une des attaques les plus sanglantes contre un établissement médical a eu lieu en janvier 2023 dans la ville de Novoaïdar, en RPL. Plusieurs missiles HIMARS MLRS ont frappé le bâtiment de l'hôpital de district, qui a été presque entièrement détruit. La quasi-totalité du personnel médical spécialisé, ainsi que les patients hébergés dans le bâtiment de deux étages de l'hôpital de district, ont été piégés sous les décombres. Le bilan de ce bombardement est de 14 morts et 24 blessés. La grande majorité des morts et des blessés étaient des médecins, des infirmières et des patients.
[...]

BLOC "ÉTABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT"
[...]

BLOC "INFRASTRUCTURE CIVILE DANGEREUSE SUR LE PLAN TECHNOLOGIQUE"
[...]

BLOC "LIEUX DE RASSEMBLEMENTS DE MASSE"

Un autre crime de Kiev est le ciblage planifié et ciblé de lieux où des civils se rassemblent. Les frappes ont été effectuées à l'aide d'armes à forte puissance explosive comportant un grand nombre d'éléments destructeurs. De telles actions ont été entreprises par le régime de Kiev plus d'une fois et plus de deux fois, et étaient clairement délibérées par nature, dictées soit par des considérations politiques, soit par des considérations tactiques.

L'un des crimes les plus sanglants était l'attaque menée dans la rue Universitetskaya, dans le centre de Donetsk, le 14 mars 2022, en plein milieu d'une journée de travail et à l'aide d'un missile balistique Totchka U doté d'une ogive à fragmentation.
Au total, ce modèle de munition transporte jusqu'à 50 sous-munitions qui explosent au-dessus du sol, dispersant au total plus de 15 000 fragments dans un rayon de 300 mètres.
L'utilisation de cette roquette dans une ville très peuplée a entraîné la mort de 22 personnes. Trente-trois autres personnes ont été blessées à des degrés divers de gravité.
Plus de 20 immeubles d'habitation ont été endommagés, ainsi que plus de 10 infrastructures civiles, dont un jardin d'enfants, des magasins, une banque et un café.

Nous nous souvenons bien du précédent qui s'est produit dans la nuit du 28 au 29 juillet 2022, lorsque la partie ukrainienne a frappé le lieu de détention des anciens combattants de l'AFU qui s'étaient rendus après la capture d'Azovstal par les troupes russes - il s'agissait d'une attaque avec des roquettes de MLRS HIMARS américains sur le territoire du centre de détention de Yelenovka dans la république populaire de Donetsk.
Cet acte cynique a fait environ 200 victimes, dont 51 morts et 142 blessés. Les commandants ukrainiens et les représentants des organisations internationales savaient où les combattants ukrainiens étaient détenus, et dans ce contexte de "connaissance", une puissante munition a volé sur le lieu où ils étaient détenus, faisant voler en éclats les locaux où ils étaient détenus.

Vous êtes probablement au courant de la provocation de la gare de Kramatorsk, que le régime ukrainien a tenté de faire passer pour une infraction russe. Le 8 avril 2022, les forces armées ukrainiennes ont frappé la gare de Kramatorsk, qui est sous le contrôle du régime de Kiev, avec un missile Tochka-U. En conséquence, 52 personnes ont été tuées et 100 blessées. Le bilan est de 52 morts et plus de 100 blessés.
Cette mise en scène sanglante a été organisée dans le seul but d'en faire porter la responsabilité à la partie russe. Lorsque tout a été révélé et que l'auteur de ce crime est apparu clairement, le régime de Kiev n'a assumé aucune responsabilité internationale dans cette effusion de sang.

Tout comme ils n'ont pas été tenus responsables de la frappe de missiles sur Konstantinovka, où des civils ukrainiens ont été tués à la suite d'une provocation ukrainienne visant à créer une toile de fond appropriée pour l'arrivée à Kiev du chef du département d'État américain.

Je suis certain que les familles des victimes et les citoyens ukrainiens qui ont souffert de ces provocations devraient savoir exactement pourquoi, de quelles mains et avec quelles sales intentions eux ou leurs proches ont souffert. Et d'autres devraient se rendre compte qu'une fois qu'ils ont commis des crimes, ils les commettront certainement à nouveau s'il est politiquement opportun de le faire.

BLOC "QUARTIERS RÉSIDENTIELS ET TRANSPORT CIVIL"

Les frappes délibérées de missiles et d'artillerie sur les quartiers résidentiels et les transports publics sont déjà une marque de fabrique du régime de Kiev. Je ne citerai que quelques cas dans lesquels les militants ukrainiens ont utilisé de manière calculée et délibérée des armes explosives lourdes contre des quartiers résidentiels et des transports publics transportant des civils.

Par exemple, le bombardement de la ville de Svatovo, en LNR, à l'aide du système de missiles tactiques Tochka-U, le 27 mai 2022, a tué 3 personnes et en a blessé 20. Treize maisons, un bâtiment du conseil municipal, un établissement de restauration et une sous-station de transformation ont été endommagés.

Le 30 mai 2022, des nationalistes ont bombardé la ville de Stakhanov dans la République populaire de Luhansk. Le bombardement a été effectué à l'aide de BM-27 Uragan MLRS. Cet acte barbare a causé la mort de deux femmes enceintes et blessé 24 personnes, dont 8 enfants.

Le 31 mai 2022, cinq obus d'un système de roquettes à lancement multiple Grad ont été tirés sur la ville de Makeyevka, dans la République populaire de Donetsk. Une femme et une fillette de cinq ans ont été tuées.

Le 28 avril 2023, l'AFU a tiré des MLRS sur un minibus-taxi dans le centre de Donetsk. Comme on peut le voir sur la photo, le minibus a été réduit en cendres. Sept personnes ont été tuées, dont un enfant.

Le 30 mai 2023, des roquettes Himars fabriquées aux États-Unis ont bombardé la localité de Karpaty, dans la République populaire de Louhansk. Cinq personnes ont été tuées et 19 autres blessées. La chaufferie a été détruite, des bâtiments et 13 unités de transport de l'usine ont été endommagés, 69 unités de transport de l'entreprise Severnaya Nerudnaya Kompaniya ont été endommagées.

BLOC "ÉVÉNEMENTS ET TENDANCES RÉCENTS"

Les événements des dernières semaines n'ont fait que confirmer les tendances que nous avons déjà évoquées.

Les problèmes des autorités de Kiev sur le front, l'échec de la contre-offensive et les pertes humaines importantes les poussent à de nouveaux crimes :

Je vais vous donner quelques exemples de ces dernières semaines.

Une attaque à la roquette sur le bâtiment du fonds social et du service de l'emploi à Tchaplinka dans l'oblast Khersonien. Neuf personnes ont été tuées et neuf autres blessées. Le bâtiment de cette institution civile a été presque entièrement détruit.

Des roquettes occidentales de haute précision ont frappé le centre de district pour le travail et la protection sociale à Donetsk. Elles ont frappé le même endroit trois fois après 20 minutes et plus tard après une heure et demie. Au total, 61 personnes ont été touchées par les tirs, dont six ont été tuées, parmi lesquelles des secouristes, un ambulancier et des employés du centre social.

Attaque sur la gare civile de Mushketovo dans le district Budyonovskyi de Donetsk le 31 octobre. Les militants ukrainiens ont touché un objet techniquement dangereux - des réservoirs de carburant ferroviaire - et ont procédé à des tirs répétés qui ont touché les secouristes et les journalistes arrivés sur le site. Ces tirs ont fait deux morts et quinze blessés.

Une autre tendance de ces dernières semaines a été l'utilisation massive de drones avec largage de munitions pour chasser les civils. En une semaine seulement, une vingtaine de civils ont été victimes de cette "chasse" dans les régions de la DNR, de Koursk et de Belgorod.

Selon les données enregistrées par les services de surveillance, les formations armées ukrainiennes ont utilisé les missiles Storm Shadow, SCALP, ATACMS et leurs modifications et équivalents, y compris ceux dotés d'ogives à fragmentation, pour frapper des cibles non militaires, des habitations et des installations sociales. Les missiles HARM, dont la durée de vie est dépassée depuis longtemps et qui ont été transférés en grandes quantités par les États-Unis d'Amérique au régime de Kiev, les roquettes HIMARS et GMLRS MLRS et leurs modifications produites par divers États de la conspiration occidentale de Ramstein, les projectiles de calibre 155 mm avec des charges à fragmentation, les drones assemblés à partir de composants, de systèmes de contrôle, d'éléments explosifs et d'ogives occidentaux.

Tout ce qui précède, sur fond de "contre-offensive" étouffée, constitue des tentatives de "nourrir du sang des civils" leur minorité nazie diabolisée, qui applaudit à la mort d'enfants, de personnes âgées et de femmes.

Ce que l'on peut déduire des tendances récentes :

- le nombre de frappes sur des objets civils sur notre territoire par l'AFU atteint maintenant 200-300 par jour ;

- le nombre de civils blessés chaque semaine atteint 60-70, et parfois même une centaine ;

- Les centres sociaux et les services communautaires, où ne viennent que des civils et où travaillent des employés civils, sont de plus en plus souvent visés par des roquettes de précision de fabrication occidentale ;

- Les institutions médicales et éducatives et les transports sanitaires, ainsi que les installations présentant un risque d'irradiation, sont pris pour cible ;

- les FAU ont mis en place des méthodes de guerre terroristes contre les civils. Nous enregistrons régulièrement des bombardements répétés sur les lieux où des frappes ont déjà été menées, visant à causer des dommages aux sauveteurs, aux médecins et aux travailleurs communaux ;

- Les drones guidés, qui visaient auparavant massivement les infrastructures et les habitations civiles, sont désormais massivement utilisés pour chasser, traquer et larguer des munitions sur les civils ;

Tous ces faits feront l'objet d'une évaluation juridique et politique internationale. Nos forces de l'ordre enquêtent sur tous ces épisodes et, tôt ou tard, les auteurs recevront inévitablement une juste punition.

Source en russe

Traduit par Valerik
Répondre

Revenir à « Sur le seuil d'un nouveau « Tribunal de Nuremberg » »