Alexandre Le Frussien en parle

Valerik
Администратор
Messages : 56
Inscription : 31 août 2023, 21:25
Localisation : Moscou

Alexandre Le Frussien en parle

Message par Valerik »

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de la situation du marché du travail en Russie.

Récemment, Elvira Nabiullina, la présidente de la banque centrale russe, a en effet déclaré que : « L'économie de la Russie a presque pleinement utilisé ses ressources humaines, la situation du personnel est aiguë (…) La situation est surtout critique avec le personnel dans l'Ingénierie, ainsi que l'industrie chimique ».

Le ministre du développement économique, Maxim Rechetnikov, a lui qualifié le faible chômage en Russie de : « frein à l'économie et selon lui le capital humain est devenu la ressource la plus rare dans l'économie russe ».

Officiellement, le chômage frôle les 3% en Russie, mais dans nombre de régions c’est moins … Sur Moscou, le chômage atteint officiellement 0,35%.

Cela veut dire quoi ? Cela veut dire qu’il y a le plein-emploi et que nombre d’entreprises ne recrutent pas, et donc ne se développent pas comme elles veulent, mais comme elles peuvent.

Selon la banque centrale de Russie, quelques 60% des entreprises ont déclaré manquer de personnel. Tandis que 42% des entreprises de la Fédération de Russie souhaitent augmenter le nombre de leurs employés, mais en moyenne, la fermeture d'un poste vacant peut prendre jusqu'à quatre mois.

Du coup, un grand nombre d’entre vous m’écrivent en ne comprenant pas « pourquoi » ni « comment » il n’y aurait pas de travail pour eux alors que dans le même temps, ils lisent sur mes divers supports notamment, mais pas seulement, que le chômage est quasiment nul en Russie, et qu’il y a un manque terrible de spécialistes dans la majorité des secteurs de l’économie.

Je vais tenter de vous l’expliquer.

La chose essentielle à comprendre, et prendre en compte, est qu’en Russie le manque de « mains » concerne principalement (en quantité) des métiers qui sont des métiers pratiques et manuels, que ce soit dans la construction, dans le service de livraison, dans l’industrie en régions pour des usines, etc.

Ce sont très souvent, et du reste quasi exclusivement, des postes avec souvent des « petits » salaires ; alors bien entendu un Russe lui, du coin, avec déjà son assise locale, y trouvera son compte. Ou un étranger (une petite main) d’Asie centrale, par exemple, s’adaptera pour vivre avec un petit salaire local et adopter un mode de survie (et non un mode de vie) qui en découlera dans une ville russe.

Mais pour un Européen par exemple, c’est différent. La majorité d’entre vous ne survivrait tout simplement pas avec ces niveaux de salaires, car tout simplement, cela impliquerait un style / mode de vie de quasi pauvre en Russie. Et il n’est pas agréable d'être à la fois pauvre et étranger en Russie.

Une autre dimension est qu’il y a cette main d’œuvre disponible de provinces russes, d’Asie centrale ou de citoyens de l’union douanière qui a le droit de travailler sans permis de travail en Russie ou par des voies simplifiées comme la Patent par exemple. Pour les étrangers d’Europe ou du reste du monde, soit ce que l’on appelle l’étranger lointain en Russie, l’accès au marché du travail est administrativement complexe. En gros, légalement, pour avoir le droit de travailler, il vous faut un permis de travail VKS qui impose de vous faire payer 250.000 roubles par mois à compter du 01/03/2024. C’est en gros 3,5 fois le salaire moyen russe et 2 fois le salaire moyen moscovite …

Mais il y a aussi une autre dimension. Pour travailler en France, dans une ville comme Bordeaux, Lyon ou Strasbourg, en règle générale, il faut parler français. En Russie, c’est pareil, il faut parler russe pour travailler. Et plus que parler russe, il faut comprendre la Russie et le tissu, ou plutôt les tissus économiques de Russie, qui sont bien souvent fort différents des vôtres, car tout simplement, il n’y a pas une Russie, mais des Russies.

Mais comme tout, il y a des solutions pour apprendre, comprendre et construire votre nouvelle vie en Russie.

On en parle et on va encore en parler dans la RUSPATRIATION !

Suivez-moi sur Telegram où je poste beaucoup de contenu sur la vie de tous les jours dans la Russie apaisée d’aujourd’hui et où je vous montre les réalités de la Russie d’aujourd’hui.
Répondre

Revenir à « Le plus gros problème de l’économie russienne aujourd’hui »